Records de Pelé : Quand les médias divisent le monde…

Article : Records de Pelé : Quand les médias divisent le monde…
12 janvier 2021

Records de Pelé : Quand les médias divisent le monde…

Pelé était surnommé « l’homme aux mille buts ». Tout le monde était unanime là-dessus. Jusqu’au jour où un certain MisterChip sortit de nulle part, pour nous parler d’un joueur de l’avant-guerre. Un austro-tchécoslovaque qui serait le meilleur buteur de tous les temps : Josef Bican. Et puisqu’il est Espagnol, et qu’il se base sur la RSSSF* Suisse : il dit vrai.

Mille et une questions

Jamais personne ne s’est interrogé sur la fiabilité des chiffres de ce consultant, qui ne s’est jamais justifié. Puisqu’en Europe tout le monde dit la vérité, on a avalé ses informations comme des comprimés. Et Pelé s’est ramassé un mépris à nul autre second. Traité de menteur, « de gamin« , il a tenu à s’exprimer sur son compte Twitter. Pour rappeler à tous que son nombre de buts n’a jamais cessé d’être de 1283 :

« J’ai été accusé par la presse d’avoir changé ma bio Instagram pour éclipser ces grandes stars qui battent mes records. La biographie a toujours été la même depuis que j’ai rejoint la plateforme »

Et Ronaldo, le faux, de lui répondre via O Globo :

« Si Pelé ajoute les buts de Graziano Pellè à son record, je vais peut-être commencer à prendre en compte les buts de Ronaldo le brésilien »

Un manque de respect total envers un octogénaire qui n’a plus rien à prouver à personne. Où va le monde ? Pourquoi Pelé aurait-il menti ? Le millième but de Pelé est célébré au Brésil, les Brésiliens sont-ils tous des menteurs ?

L’enfer ce n’est pas les autres

Il faut qu’on sorte de ces clichés prétentieux qui voudraient que la vérité vienne forcément du Vieux Continent. Dans tous les coins du monde, il y a des intellectuels et des menteurs. Quand on parlait du nombre de buts de Pelé, jamais a-t-on dit que c’était pendant des matches officiels. Et puis qu’est-ce qu’un match officiel ?

Lorsqu’on compte les buts de Cristiano Ronaldo et Messi, on compte aussi ceux qu’ils ont marqués en matches amicaux. Pourquoi compter pour les uns et refuser pour les autres ? Ça n’a aucun sens. C’est une attitude injustifiable que certains tentent tout de même de justifier. Clément Chaillou de RMC Sport par exemple: 

« Pour MisterChip et d’autres, la sélection militaire et la sélection de Sao Paulo n’étant pas reconnues, les buts inscrits avec ces maillots n’ont rien de valides pour un tel classement. »

Toutefois, même si on enlève les buts de Pelé en sélection militaire et avec l’équipe de l’état de Sao Paulo, il en restera mille et plus. Son record reste donc au-dessus de tous les autres.

Matches pas très amicaux

D’autant plus que s’il a porté le maillot des Paulistes, ce n’était pas pour participer à la Coupe de la Ville des Foires, compétition amicale ancêtre de la Ligue Europa. C’est bien dans un cadre officiel, similaire à celui du All Star Game en NBA. Les formats des championnats en Amérique du Sud n’ont rien à voir avec ceux de l’Europe. Et son ancien club, Santos, en même temps que son musée, a tenu à répondre à cet affront. Fernando Ribeiro, membre de l’Association des chercheurs et historiens du Santos FC :

« Pelé a marqué 1.091 buts pour Santos. Dans les comptes de la presse spécialisée, le Roi du football a marqué 643 buts en compétition et les 448 buts marqués en matches et compétitions amicales ont été ostracisés, comme s’ils avaient moins de valeur. (…) Les 448 buts que l’on tente aujourd’hui de disqualifier ont été inscrits contre les principales équipes de l’époque. América (Mexique) et Colo Colo (Chili) ont encaissé neuf buts de Pelé. L’Inter Milan (…) a subi huit autres buts de la part du Roi »

Ceci dit, il ne faut jamais oublier la valeur qu’occupaient les matches amicaux dans le monde d’avant. Grâce à eux, Pelé a pu freiner une guerre civile au Nigeria. Très loin de ce football qui regarde les autres de haut, ce sport roi était unificateur. En manque de compétitions internationales, les grandes équipes s’affrontaient amicalement pour se mesurer. De ces grandes affiches sont nées toutes les compétitions qu’on connaît aujourd’hui.

Le but

Comparer donc un match amical de cette époque avec les matches inutiles de notre ère, c’est faire fausse route. Ces matches d’exhibition ont plus de valeur que certains matches officiels aujourd’hui. Entre jouer le Luxembourg, Gibraltar ou le Liechtenstein en matches officiels et affronter l’Allemagne ou l’ASEC d’Abidjan en amical qu’est-ce qui est plus prestigieux ?

Pour que ce classement des buteurs soit véridique, il faut le disposer en catégories (cadet, junior, sénior etc.) et le diviser en :

  • buts inscrits en matches amicaux, d’exhibition ou de préparation
  • buts inscrits en matches officiels
  • et total de buts

Là on aura un classement bien défini et le meilleur buteur de tous les temps sera logiquement celui qui aura cumulé le plus grand nombre de réalisations, tous matches confondus, chez les A. C’est à dire : Edson Arantes do Nascimento.

Ronaldo + Messi = 0 but au second tour de la Coupe du Monde

Mais on ne le fera certainement pas. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas l’objectif. La vérité c’est que le football dit moderne, n’acceptera jamais qu’il n’a pas le niveau de ses prédécesseurs. Malgré toutes les avancées technologiques, l’avenir est resté dans le passé.

Les buts demeuraient le seul moyen de comparaison entre ces deux époques et maintenant tout tombe à l’eau. Personne ne laissera plus son histoire se faire balayer comme si de rien n’était.

La rivalité entre Pelé et Maradona restera à jamais au dessus de Cristianio Ronaldo et Messi. Le but n’est pas de marquer 700 buts contre Sassuolo ou Osasuna. Mais de gagner trois Coupes du monde sur quatre, avant l’âge de 30 ans. Ni Ronaldo, ni Messi, ni les deux réunis n’auront un jour le niveau de Pelé…

*RSSSF (Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation) est « une organisation non lucrative destinée à la collecte de statistiques concernant le football » (Wikipédia)

Partagez

Commentaires