Football : quel avenir pour les stars ?

Article : Football : quel avenir pour les stars ?
31 décembre 2020

Football : quel avenir pour les stars ?

Au centre du business du sport roi, les stars sont sur le point de perdre leur éclat. Partout dans l’Europe, les grands clubs semblent vouloir se séparer de ses footballeurs qui leur coûtent extrêmement chers. Le football est sur le point de prendre un virage décisif quant aux conditions de leurs présences dans les équipes qui le composent.

Messi et Ronaldo en tête

L’une des illustrations de ce tournant reste l’avenir incertain des deux grandes stars du Ballon Rond. Où iront Messi et Ronaldo l’an prochain ? La Juventus s’est positionnée sur une reconstruction et ne devrait pas prolonger, à contrecœur probablement, le Portugais.

Quant aux Barcelonais, ils ne veulent pas l’avouer, mais vendre le roi Léo leur ferait un bien fou. Ils flirtent avec la faillite et se séparer de l’Argentin leur permettrait d’envisager un avenir plus serein. Notamment avec les talentueux Pedri, Riqui Puig et autres Mingueza. Le Covid-19 grogne et les portes s’ouvrent grandement…

Ventes forcées, crise oblige

Diégo Costa out de l’Atlético Madrid, Coutinho re-poussé dehors par Barcelone, Ozil invité à quitter Arsenal, Falcao Galatasaray, Rabiot la Juventus et Pastore qui ne veut pas partir de la Roma, la tendance à la vente des gros salaires n’est plus une vue de l’esprit. Les arènes sont vides, il faut bien renflouer les caisses. Les seuls droits télés ne pèsent plus si forts dans la balance.

Il faut dire qu’une tribune couverte de bâches publicitaires au lieu de supporters, ne donne pas une si belle image que ça. Aujourd’hui qu’ils ne sont plus là, on se rend compte de l’importance quasi fatale des fans. Les « stades-sandwichs » c’est bien mais ça ne rassasient toujours pas.

Les eldorados financiers se ferment

La fin de la Starmania est d’autant plus certaine que seuls « ceux qui ne respectent pas le fair-play financier » comme dirait Mourinho, peuvent encore faire des folies. Et dans ce cas précis, deux catégories se dégagent clairement :

  • les clubs riches qui n’appartiennent pas à l’UEFA
  • et le doublon formé par Man City et le PSG.

En écoutant le lusophone, on sait très bien qu’il ne conjugue pas les verbes du premier groupe. C’est à dire celui de la Chine qui a plafonné les salaires des étrangers, de la MLS, de l’Arabie Saoudite ou du Qatar, lieux par excellence pour les vedettes sur la fin. Son dévolu est indubitablement jeté sur les deux équipes qui aimeraient enrôler La Pulga. Des ambitions onéreuses qui montrent bien qu’elles auront à cœur de contourner un fair-play financier, attendu au tournant, pour y arriver.

Retour sur Terre

Dans le cas contraire, nos chères étoiles devront amorcer un atterrissage forcé. À moins de s’écraser, elles ont l’occasion de redevenir des « personnes normales » en retouchant des « salaires normaux ». C’est ça ou le chômage avant la reconversion.

Partagez

Commentaires