Marcelo Bielsa : C’est ça un entraîneur !

Article : Marcelo Bielsa : C’est ça un entraîneur !
20 juillet 2020

Marcelo Bielsa : C’est ça un entraîneur !

2020 restera définitivement dans les livres d’histoire. COVID-19 oblige mais pas que. Le football aussi aura raison de faire de cette année, un moment exceptionnel. Zidane qui marque son territoire, Liverpool champion 30 ans après et Leeds United de retour en Premier League.

Égal à lui-même

16 ans après sa descente, l’un des clubs les plus mythiques du football anglais fête son retour dans l’élite. Une consécration que l’ancienne écurie d’Éric Cantona, Rio Ferdinand, Harry Kewell, Mark Viduka et autres Radebe, doit non seulement à une défaite de son dauphin West Bromwich. Mais aussi et surtout au travail d’un homme hors norme : Marcelo Bielsa.

Sur sa glacière, connu pour ses sorties particulières, El Loco est un entraîneur d’exception. Un challenger qui partout où il passe, ne laisse personne indifférent. Encore moins les supporters. Ceux de Leeds sont fous de joie aujourd’hui, mais ne font que compléter une liste longue qui va de l’Argentine à l’Angleterre. En passant par le Mexique, le Chili, la France et l’Espagne. Une consécration totale fille naturelle d’un football total qui définit toutes ses aventures.

Leeds c’est pas City

Guardiola a besoin de beaucoup pour gagner avec ses équipes. Même l’effectif de City ne lui suffit pas pour aller chercher des trophées. Il veut dépenser plus quand son maître veut mieux former. Ce que Pep a fait avec Barcelone, le Bayern ou Man City, Bielsa le fait avec Bilbao, Marseille, Lille ou Leeds United.

Avant que l’Argentin n’arrive chez les Peacocks, personne ne les voyaient revenir au sommet. Les triples champions d’Angleterre avaient même gouté la D3 avant de se débattre dans le ventre mou de la D2. Une donne totalement changée à l’arrivée de MB. 3e et barragiste l’an dernier, le club se promeut aujourd’hui en étant à la tête du championnat. Un progrès que les finalistes de la C1 1975 doivent au manager le mieux payé de leur histoire.

Plus-value

Avec une équipe judicieusement remodelée, Bielsa a rendu son président Andrea Radrizzani doublement heureux. En jonglant entre les prêts et les transferts de joueurs libres et sous contrat, il a permis aux Whites d’acheter pour £650,000 et de vendre pour £33 750 000. Resté en prêt jusqu’à la fin de la saison, l’ailier Jack Clarke a notamment été envoyé à Tottenham contre la somme de £11 000 000. Ce qui n’est pas le cas des 28 autres qui ont été libérés.

Un challenge réussi, un rêve fou

Une grande équipe reste une grande équipe. Accompagné de Fulham, United devrait faire très mal aux cadors de la première ligue britannique si les recrutements sont bien faits. La justesse d’esprit du Fou additionnée aux énormes droits TV de la PL, pourraient donner un cocktail explosif à ce mercato. Si le natif de Rosario a réussi à remporter le Championship à 24 équipes en conservant son rythme de jeu élevé, c’est qu’il peut faire mieux la saison prochaine. Et combler enfin ce vide qui fait défaut à son génie : les titres.

Partagez

Commentaires