Racisme : Et si Martin Luther King était sorti du terrain ?

Article : Racisme : Et si Martin Luther King était sorti du terrain ?
21 février 2020

Racisme : Et si Martin Luther King était sorti du terrain ?

Les récents évènements dans le championnat portugais sont la preuve que personne n’est à l’abri du racisme en Europe. Certains parleront de pays plus touchés que d’autres, mais au fond tout le monde sait que ça ne veut rien dire. L’injustice n’a pas de nationalité. L’histoire, l’esclavage, la ségrégation raciale, l’apartheid, la colonisation, la vérité c’est que cette doctrine discriminatoire se transmet d’une façon plus furtive désormais.

Que faire ?

Plus aucun objet ne représente officiellement ce dogme ségrégationniste, puisqu’il est interdit. Plus de chaines, de fouets et de pancartes « White men only ». Que des hommes dans ce stade de football et toujours plus d’agissements inhumains. Quitter la pelouse, serait alors la solution idoine à cet éternel problème. Le but étant de ne pas être, comme le dirait Samuel Eto’o, un « nègre de maison ». L’une des expressions utilisées par Malcolm X pour qualifier Martin Luther King.

Selma FC

Dans leur opposition fratricide au sujet de la façon d’en finir avec la ségrégation raciale au « Pays de l’Oncle Sam », MLK a été pris pour un « Oncle Tom ». L’injure suprême pour un noir américain : un duel qui s’achèvera le jour où son frère ennemi comprendra que le mal n’a pas de race.

On ne gagne pas un match de foot sur un ring de boxe. Si Martin Luther King était sorti de son combat contre la ségrégation raciale, que seraient devenus les afro-américains ? Ce n’est pas parce que tu ne cries pas que tu n’as pas mal. Le seul moyen de plier le racisme c’est de démonter tous ses clichés. Et la seule façon d’y arriver, c’est de l’affronter. Gagner comme Jesse Owen devant le régime nazi, aux JO de Berlin…

Partagez

Commentaires