Il y a quelques jours, José Mourinho affirmait avec beaucoup d’émotion  que le football lui manque. Ses détracteurs sautaient alors sur l’occasion pour l’humilier. Qu’est-ce qu’il y a de mal à couler des larmes ? Existe-t-il une personne qui ne l’a jamais fait ? On ne se le demande pas. Le problème c’est Mourinho. Il fallait qu’il parte de Manchester et c’est tout. Au lieu de penser à construire une équipe, on a combattu un homme. Un manager remplacé par un autre : le début d’un regret inavoué…

Sir Alex par nbostanova – Pixabay CC0

Nostalgies…

Qui regrette cependant ? Solskjaer ? Manchester ? Les deux ? On ne le saura certainement jamais. Faire ce cadeau à une personne qu’on a mise à la porte de façon méprisante : non ! 4 matches, une victoire, une défaite, 2 matches nuls : Solskjaer nous rappelle l’ère Ferguson cette saison. Non pas celles où les Red Devils avaient fini deux fois 11e (1987 et 1989) et 13e (1990). Mais bien celle où ils enchaînaient les victoires avec classe.

Les supporters sont contents de revivre cette belle époque. Cet instant magique où derrière le mauvais travail de José, le Zidane de Manchester a enchaîné 9 victoires sur ses 10 premiers matches. Avant de « rejoindre Cardiff ».

City of Cardiff

Cardiff – Manchester United (1-5), c’était l’affiche du premier match de Solskjaer à la tête de United. L’ancien pensionnaire du Molde FK punissait ainsi la première équipe qu’il a entraînée en Premier League. Un club où il n’a pas laissé des traces mémorables. Pourtant son arrivée en 2014 a suscité un réel engouement. Double champion de Norvège, le remplaçant de Malky Mackay semblait avoir les épaules solides pour supporter la pression. Le club joue la relégation et compte sur son Super Sub pour éviter la Championship. Bilan : 18 matches, 3 victoires, 3 matches nuls, 12 défaites. Position 20e.

Quoique, ce n’est toujours pas de sa faute. Cardiff de retour en D2 Anglaise, il est naturellement conforté à la tête du club. Une reconduction qui lui permet d’améliorer son ratio. Bilan : 7 matches, 3 défaites, 2 nuls, 2 victoires. « Baby-face killer » est saqué en septembre 2014 laissant l’écurie galloise à la 17e place de la ligue (sur 24).

Il retourne à Molde FK. Remporte la Coupe de Norvège. Et revient à Manchester United substituer Mourinho. Molde, Premier League, seconde partie de saison, engouement, dégringolade : le cycle semble reprendre. Depuis la fin de sa bonne série. Depuis la défaite à Old Trafford 0-2 contre le PSG, Solskjaer a joué 24 matches officiels. Soient 9 victoires, 5 matches nuls et 10 défaites. Son équipe est actuellement 8e de Premier League.

Attention au cauchemar

Meilleur entraîneur de l’après Ferguson, Mourinho était considéré comme indigne du Théâtre des Rêves. Limogé, les louanges ont vite couvert son successeur norvégien. Heureusement car personne ne pourra plus dire que c’est à cause de lui que Manchester ne gagne plus. On se rend même compte aujourd’hui que tout ce qu’il disait était vrai. Notamment sur Pogba. Le champion du monde qui a tout fait pour mettre José sur la touche, ne fait rien pour conforter Olé. Il met toujours autant son équipe en difficulté et fragilise un effectif plus que diminué.

On a l’impression que le mercato de Manchester a été fait pour blesser le Happy One. Les départs de Fellaini, Herrera, Smalling et Lukaku ; Matic sur le banc. L’arrivée de Maguire (réclamé par Mourinho) et le « pouvoir » aux jeunes sont des signes qui montrent bien que le lusophone semble visé. Sauf que ce n’est pas contre lui que Man U va jouer. C’est contre des équipes du meilleur championnat au monde. Des clubs qui se sont très bien renforcés durant ce marché des transferts. Everton, Wolverhampton, Leicester, West Ham, Newcastle ne joueront pas le titre avec Man City, Liverpool, Tottenham voire Arsenal. Mais risquent de ne pas trembler devant le Manchester de Daniel James. Ce collectif que le natif de Kristiansund a édifié, est bien parti pour jouer la relégation.

Ce dimanche, Manchester et son nouvel entraîneur Ole Gunnar Solskjaer sont allés battre Tottenham à Wembley. Un choc au sommet, le premier de son ère, une victoire 0-1 qui permet à United de vivre un sixième « bonheur » consécutif. Ses hommes et lui comptent désormais le même nombre de points que le cinquième Arsenal. José Mourinho viré, les Red Devils semblent délivrés…

Winners par Sean Murray – Image Flickr CC BY-SA 2.0

Seule la victoire est belle

Une passe de Pogba et Marcus Rashford qui marque. Manchester ouvre le score, s’impose chez le troisième de Premier League et se venge du cinglant 0-3 de l’aller. Un gros succès face à un gros de l’élite qui donne une idée du soutien que peut avoir Ole Gunnar à Manchester et dans la plupart des médias. Dans une rencontre où il a fait preuve d’une flagrante misère tactique, il est peint en sauveur. José victorieux de ce match de cette façon, les éloges auraient certainement été remplacés par des tacles violents bien appuyés.

On encense les six victoires de rang de l’ancien buteur et pourtant lorsque le Docteur Honoris Causa de l’Université Technique de Lisbonne avait enchaîné 25 matchs consécutifs sans perdre à sa première saison, on trouvait à redire. D’aucuns ont même parlé de Top 5 pour l’exclure du faîte avant de revenir au Top 6 dans la foulée de son éviction. L’objectif étant de réduire au maximum son travail au néant.

Old Trafford par pottonvets – Image Pixabay CC0

Ainsi le débat est repensé, le beau jeu mis de côté et la victoire dans le sport redevient l’essentiel. Sa place retrouve son statut d’idéal afin d’inhiber le pauvre contenu mancunien à ce grand rendez-vous londonien : une prestation inqualifiable de nullité. Mourinho choisit de défendre, Solskjaer a été forcé de défendre. Avec 62 % de possession de balle, Tottenham a dominé tout le match dans tous les compartiments du jeu, y compris celui des erreurs. Le but des Reds n’intervient pas sur une action promptement menée mais sur une grossière étourderie de Trippier.

Une passe ratée de l’arrière droit dans l’axe qui a donné la possibilité à une occasion sans réel danger de briller de mille feux. Long ballon de Pogba, la défense surprise n’arrive pas à vite se replacer, la lente frappe de Rashford est parfaitement croisée et Hugo Lloris particulièrement peu réactif. Le goalkeeper français se rattrapera en seconde mi-temps sur une tête et deux tirs du n°6 passeur décisif : ce sera trop tard… Le n°1 était déjà en face.

David De Gea par Saul Tevelez – Image Flickr CC BY 2.0

David contre Goliath

Durant l’ère Mourinho, David De Gea était considéré comme le meilleur joueur par les nombreux détracteurs du portugais. Il était question de faire passer par tous les moyens sa pensée pour un jeu sans inspiration. Que dire du match de dimanche ? Le « Théâtre des Rêves » et Ferguson sont bien de retour : qu’est-ce qui n’a pas marché ? On attendait ce jeu outrageusement offensif et au final on n’a vu qu’un défenseur « figé » sur la ligne de son but.

Le portier espagnol est sans aucune contestation l’homme de ce match. 11 arrêts décisifs comme un symbole : l’écu d’une équipe aux abois. Sans lui, Manchester aurait clairement perdu. S’il fallait choisir une de ces parades pour résumer la rencontre, le face-à-face de Dele Alli ferait l’affaire. Une occasion nette de but partie d’une balle perdue de Pogba à l’entrée de la surface adverse et mal négociée par le milieu offensif d’origine nigériane. Bien lancé en profondeur, l’international anglais n’a pas pu franchir le dernier rempart « Rouge » et conclure cette contre-attaque éclair. En gros les Spurs ont marqué des buts mais De Gea les enlevés.

Drapeau Tottenham par RonnyK – Image Pixabay

Oser c’est faire

Lorsqu’on voit la difficulté que Mauricio Pochettino a pour remporter un titre, on mesure mieux la force de José Mourinho. La dernière fois que Tottenham a été champion d’Angleterre c’était en 1961. Une longue attente atténuée en 2008 par une victoire en Coupe de la Ligue. Un succès (voire deux avec la Cup) toujours possible cette année qui toutefois n’empêche pas le mot « looser » de marquer à la culotte la renommée du premier vainqueur britannique d’une Coupe d’Europe. C’était la Coupe des Coupes en 1963.

Harry Kane lifting the World Cup par Matt Brown – Image Flickr CC BY 2.0

Au sein de l’effectif de l’argentin on trouve quand même encore de très bons éléments après Gary Lineker, Chris Waddle, Paul Gascoigne, Teddy Sheringham, Jürgen Klinsmann, David Ginola, Sol Campbell, Dimitar Berbatov, Jermaine Defoe, William Gallas, Luka Modric, Gareth Bale et autres Raphael Van der Vaart. Des internationaux pour la plupart titulaires indiscutables dans leurs sélections : Harry Kane, capitaine anglais et meilleur buteur de la dernière Coupe du Monde, Hugo Lloris, capitaine des champions du monde en titre, Christian Ericksen, Heung Min Son, Dele Alli, Eric Dier, Kieran Trippier, Jan Vertonghen, Toby Alderweireld, Moussa Dembélé, Moussa Sissoko, Davinson Sanchez etc. Une grosse qualité que le technicien Albiceleste (surnom des joueurs argentins) peine à changer en trophées. Même l’alibi du « faible » budget lui a tourné le dos : Leicester a été champion en 2016. C’est triste à dire mais Manchester a battu des « perdants ».

Tottenham Hotspur defender Jan Vertonghen par Ben Sutherland – Image Flickr CC BY 2.0

Diversions

Quoiqu’on dise, cette « dispute » dominicale a démontré que la seule assurance de progression à Manchester était la présence de Mou sur leur banc. Cette victoire à l’extérieur le dédouane et tourne définitivement la page de son passage. Chacun fait dès lors face à ses responsabilités. Solskjaer a toutes les cartes en mains et Pogba ne pourra plus se cacher derrière « O Vencedor » (« Le vainqueur » en français, surnom de Mourinho) pour justifier ses mauvaises performances. Son joker grillé, lorsque les défaites arriveront personne ne pourra plus accuser le prédécesseur de son actuel manager. La rumeur qui voulait qu’il laisse des dégâts derrière lui vient une nouvelle fois de mentir.

La défaite des Lilywhites (surnom des joueurs de Tottenham) tient à cet esprit de « Serial Winner » que le lusitanien a légué aux coéquipiers de Nemanja Matic. La fameuse formule offensive du Super Sub du Fergie Time n’a eu aucun effet sur ce major de Premier League. La preuve : il a fait entrer Diogo Dalot, Scott McTominay (à la place de Pogba) pour défendre et Lukaku pour utiliser sa puissance dans les duels aériens et la conservation de la balle. Le poulain de Sir Alex n’a pas « attaquer, attaquer, attaquer » pour tuer le match. Il a cherché à garder le score et il a gagné…

Edinson Cavani, Paris Saint-Germain (and Uruguay) striker par Ben Sutherland – Image Flickr CC BY 2.0

La porte est ouverte

Si le Drillo (surnom des joueurs norvégiens) est venu pour manger de petits poissons pourquoi Mou a-t-il été viré ? Défensivement le norvégien est loin d’être un stratège. Ça risque de chauffer face au reste au Big Six. De Gea ne suffira pas face à City, Liverpool, Chelsea ou Arsenal. Il faudra de l’aide à sa baraka. Sous les ordres du Special One, l’ancien de l’Atletico Madrid n’était pas seul. L’année passée ils ont battu ensemble Tottenham en FA Cup (1-2), Chelsea (2-1) et Manchester City en championnat (2-3) et la Juventus en Ligue des Champions (1-2) après avoir été menés 1-0, 0-1, 2-0 et 1-0. Ils ne faisaient donc pas que défendre. Il y’avait du caractère dans cette équipe. C’est pour cela qu’elle a battu tous ses adversaires du Top 6.

Man Utd V Arsenal par Gordon Flood – Image Flickr CC BY 2.0

Les Diables Rouges gagnent sans montrer de réels signes de changement. Les problèmes défensifs que le natif de Setúbal a voulu combler en recrutant en début de saison sont restés visibles. Discernables comme la nonchalance de La Pioche (surnom de Pogba) et les limites physiques de cet effectif malgré les réussites. Le portugais a eu à souligner ces tares mais vu que son jugement n’a pas d’importance, le PSG a toutes ses chances. Les parisiens devraient être capables d’exploiter ces vides en C1 et de rejoindre les quarts de finale. Avec Cavani, Neymar, Mbappé et Di Maria, Man U est prenable. Mourinho, la bête noire des clubs français, est parti avec leur imprévisibilité. Sous sa férule on ne savait pas à quoi s’attendre avec eux, maintenant on sait qu’une bonne préparation suffit pour leur causer de sérieux soucis. L’équipe de Tottenham a fait mieux que perdre : elle a ressorti toutes les lacunes de Manchester United…

La chasse à l’homme est terminée… Mourinho viré de Manchester United, c’est donc désormais officiel. « Un nouveau manager intérimaire sera nommé jusqu’à la fin de la saison, pendant que le club procédera à un processus de recrutement approfondi pour un nouveau manager à temps plein ». « Maigrichon », « catastrophique », « bancal », « pas mal de dégâts », les éloges n’ont pas tardé à tomber pour qualifier le legs du « Happy One » à United. Les médias sur la toile rivalisent d’ingéniosité pour adouber la troisième virée britannique de cet entraîneur qui a gagné partout où il est passé. Difficile de trouver un article qui dit du mal du double champion d’Europe. C’est à peine s’ils ne le qualifient pas de « plus mauvais entraîneur de l’histoire de Manchester et de tous les temps ». Comment ne pas les suivre…

José Mourinho par Aleksandr Osipov – Image Flickr CC-BY-SA 2.0

Un bilan « négatif »

Arrivé en mai 2016, José Mourinho vient donc de perdre son poste de manager chez les Red Devils. C’est si dramatique pour lui qu’il va retrouver sa famille avec près de 25 millions d’euros d’indemnités dans les poches. Deux saisons et demi d’échecs,avec seulement trois trophées, dont un européen. Le portugais est donc le dernier à avoir remporté un tournoi européen avec une équipe anglaise depuis 2013 (face à l’Ajax après les attentats de Manchester en 2017, une victoire 2-0 qu’il avait dédiée aux habitants mancuniens). Mais comme le dit si gentiment Christophe Dugarry : « Old Trafford c’était le “Théâtre des Rêves”, là c’est le “Théâtre des Cauchemars” avec ce type. C’est un truc de fou. Ce qu’il n’a pas compris, c’est qu’on n’en a rien à foutre de ses titres, on veut juste des émotions et voir du beau football, ce qu’il est incapable de nous procurer. » Le ton est aussi clair que donné. Mou a de nouveaux patrons. Qu’il gagne ou qu’il perde, aucun d’eux ne l’aimera…

José Mourinho par Ronnie MacDonnald – Image Flickr CC-BY 2.0

Pelé a dit une fois : « celui qui pense que la victoire ne compte pas, ne gagnera jamais rien. » Mais ça ne veut rien dire, surtout venant du meilleur joueur de tous les temps. En cette saison 2016/2017, Mourinho a donc détruit Man U en remportant le Community Shield, la Coupe de la Ligue, l’Europa League et en terminant 6e du championnat. Un bilan décevant qui a permis à son équipe de revenir en Ligue des Champions et de jouer la Supercoupe d’Europe. Quels dommages !

Manchester United v Zorya Luhansk (1-0), Europa League, Old Trafford, Manchester, Greater Manchester, England, September 2016 par Ardfern – Wikimedia Commons CC-BY-SA

Ainsi la saison 2017/2018 débutera sur une mauvaise note. Un jeu ultra défensif « sans style » qui leur permettra de remporter trois de leurs huit premiers matchs 4-0 pour finir à la deuxième place à la fin du championnat avec 81 points, 25 victoires, 6 nuls et 7 défaites. Cette position sur le podium est la première depuis le départ de Ferguson. Quelle catastrophe !

José Mourinho par Ronnie MacDonald – Image Flickr CC-BY 2.0

Il faut le virer à tout prix. United court à sa perte… Il est passé de la 6e à la 2e place : la régression est palpable. Comment le nier ? Il a joué la finale de la FA Cup et il est sorti en Huitièmes de finale de la Ligue des Champions par le FC Séville triple vainqueur de l’Europa League. Ce n’est pas normal ! Les sévillans vainqueurs du Liverpool de Klopp 3-1 en finale de ladite compétition en 2016, n’auraient pas dû l’éliminer. C’est une honte !

José Mourinho par Jaguar Mena – Image Flickr CC-BY 2.0

Ils font une erreur en le prolongeant. Cette saison 2018/2019 s’annonçait très difficile : elle le sera. Mourinho est viré dès la moitié de la saison. Son équipe est au fond du gouffre. 6e en championnat, elle est qualifiée pour les Huitièmes de finale derrière la Juve. La faible Juventus de Cristiano Ronaldo qu’elle a battue à Turin 1-2. Eliminé une seule fois lors de ses six dernières doubles confrontations contre des clubs français : c’était le moment idéal pour le virer. Manchester recevra Paris en Ligue des Champions dans le calme et la sérénité. Le timing est parfait.

José Mourinho par Ronnie MacDonald – Image Flickr CC-BY 2.0

Iznogood

Sous la coupole de José Mourinho, United a perdu toute sa superbe. « Trois » saisons moroses qui n’ont rien à voir avec les beaux débuts de Sir Alex. Les trois premières années de l’écossais furent inoubliables. 11e dès la première, 2e dès la seconde et 11e à la troisième, le tout sans trophées : la messe est dite. Le plus grand entraîneur de l’histoire de Manchester terminera 13e et 6e les saisons suivantes et restera 27 ans à son poste.

Surnommé « The Hair Dryer », son management fût simplement le meilleur. L’ancien buteur des Glasgow Rangers était même capable de blesser une de ses stars, David Beckham, à l’arcade sourcilière en lui lançant une godasse. Ou d’envoyer Wayne Rooney « jouer » dans les tribunes. Mettre Pogba sur le banc semble ainsi assez difficile à défendre comme méthode quand on voit tout ça. C’est grave ! Mourinho est allé vraiment trop loin dans la gestion de son vestiaire… Le technicien lusophone n’aurait pas dû retirer à « Saint » Paul ce brassard qu’il lui a donné. Un joueur qui tient tête à son coach devant ses coéquipiers et critique sa tactique est un capitaine de rêve pour tout manager… : un exemple à suivre et à encourager pour les jeunes joueurs.

José Mourinho par Joshjdss – Image Flickr CC-BY 2.0

Tapis rouge

Guardiola et City ont fini troisièmes de Premier League en 2017. Ils ont été éliminés en Huitièmes de finale de la Ligue des Champions par le géant Monaco cette même année, mais ce n’est pas grave. Klopp et Pocchetino n’ont toujours rien gagné avec Liverpool et Tottenham, mais qu’ils jouent bien ! Arsène Wenger a fait plus de dix ans sans être champion avec Arsenal, environ neuf sans le moindre titre, mais là n’est pas le problème. Le français est un gentleman et cette saison était la pire de l’histoire de Manchester United. Soutenir Mourinho serait considéré comme un crime contre l’humanité moderne. Quoiqu’on va néanmoins souhaiter bonne continuation au premier et unique entraîneur à avoir remporté trois titres dès sa première saison à Manchester…