CAN 2019 : Handball

Par défaut

Ça aurait été trop beau pour être vrai. Une compétition de football qui se termine sans erreurs majeures d’arbitrage. Un match, une finale qui s’est encore jouée sur un fait de jeu notoire : la main de Guedioura dans la surface de réparation à l’heure jeu. Un coup de sifflet qu’aucun sénégalais n’ose réclamer haut et fort : la main de Gueye en demi-finale contre la Tunisie. Et pourtant l’arbitre Alioum avait bien montré le petit point blanc, quand la VAR l’invita à revoir sa décision…

Guedioura par Clément Bucco-Lechat – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Fausse note

Le visu dans son regard, l’officiel camerounais revient de ce pas sur son choix et annule le tir au but. Pourtant le ralenti montre bien le milieu défensif désireux de détourner la balle du bras. Une intentionnalité indubitable : un geste qu’il répètera en toute fin de match. D’un « smash » l’algérien occasionnera le dernier coup-franc de la partie et de la CAN. Comme quoi, les mauvaises habitudes ont la peau dure…

Coups de main

Le football refuse de se débarrasser de ses tares et en semblent même fier. Le ballon rond est la seule sphère sportive où on se vante encore de ne pas siffler une faute avérée. Certaines d’entre elles sont mêmes déifiées : la main de dieu. Le premier but de Maradona en 1986 contre l’Angleterre : une tricherie célébrée. Un exemple pour Messi, qui imitera Diégo en Liga avec entrain : la duperie revalorisée et portée en triomphe…

Justice rendue

C’est quand même bizarre qu’on soit encore à débattre sur un ballon freiné par une main décollée du corps, qui annule une occasion réelle de but. Autant faire comme dans le jeu FIFA : aller dans les paramètres et décocher l’option qui permet à l’arbitre de sanctionner les fautes de mains. Ou mieux encore : enlever la vidéo pour cesser de décrédibiliser les hommes en noir. Si on est incapable d’interpréter ce genre d’action dans le FOOT moderne, ça ne sert à rien de continuer.

Portugal – France à l’Euro 2000 ; Argentine – Nigeria et France – Croatie en Russie… si on a sifflé pénalty pour les Green Eagles (surnom du Nigeria) en demi-finale contre l’Algérie, c’est qu’on aurait dû le faire pour les tunisiens face aux sénégalais et pour les sénégalais en finale. Les décisions arbitrales doivent mettre tout le monde sur le même pied d’égalité. Dans le cas contraire, le football se fera un plaisir de rendre justice. Un plaisir pas toujours partagé… La preuve : les Lions de la Terranga ont été défaits comme ils ont défait les Aigles de Carthage. C’est-à-dire à cause d’un pénalty valable non-sifflé. Équilibre !

Arbitrage : Le Cameroun contre le reste du monde…

Par défaut

19 Juillet 1966. Le Brésil affronte le Portugal. Le match 3 de la poule 3, une rencontre décisive. Les Brésiliens doivent gagner pour passer au tour suivant. Ils perdent et sortent prématurément de la World Cup. Eusébio sur un nuage, la faute à un Portugal talentueux, rugueux et avantagé par l’arbitre George McCabe. Les coups de sifflets de l’officiel britannique se taisent devant les violentes agressions subies par Pelé. La légende finira le match sur un pied, l’autre bandé. Complètement diminué, O’Rei clopine et la Seleção sort. Mission accomplie ? Le meilleur joueur de tous les temps décident de ne plus jamais jouer une coupe du monde. Avant de revenir sur sa décision…

Voici les lionnes…

Dans son article « Mondial féminin : Alain Djeumfa, l’art du dribble sans ballon », Jean-Damien Lesay a donc eu raison de parler de Pelé pour évoquer le Cameroun, les Lionnes Indomptables et leur entraîneur. Le jeu sans ballon n’est pas le seul distinguo qui rapproche le triple champion du monde du Cameroun. Les Lionnes aussi ont refusé de continuer de jouer, accusant l’arbitre de partialité. Une accumulation émotionnelle qui a pour origine les premiers matchs du mondial. Des rencontres où les arbitres ont très souvent délaissé l’équipe nationale du Cameroun. Contre le Canada, face aux Pays-Bas ce fût la totale. Le traitement infligé à Aboudi Onguéné avec l’assentiment de Casey Rebeilt, n’a presque rien à envier à celui enduré par Pelé 53 ans plus tôt à Goodison Park en Angleterre…

L’Angleterre… :

«  Ça me rend triste. Je n’avais jamais vu ça sur un terrain de foot, j’ai vraiment honte du comportement des adversaires, et mes joueuses n’ont pas apprécié non plus…. J’espère que c’est un incident isolé avec des joueuses qui voulaient bien faire à tout prix. On pouvait voir leur désarroi.  (…) Je suis sûr qu’elles regrettent leur comportement. J’espère qu’elles se qualifieront pour la prochaine Coupe du monde et qu’elles se comporteront mieux. Au-delà de la victoire, du match nul ou de la défaite, notre mission est de promouvoir le football féminin. Si mes joueuses s’étaient comportées ainsi, elles n’auraient jamais rejoué pour l’Angleterre  !  »

Phil Neville, le sélectionneur anglais, a raison de déplorer le comportement des camerounaises. Mais il n’a pas le droit de prétendre qu’elles donnent une mauvaise image du football féminin. C’est facile de donner les leçons quand on est du bon côté de la décision. Les Anglais n’ont pas toujours été des modèles de justice : il le sait. Sur le plan de l’éthique, le Mondial 1966 en Angleterre est l’un des plus controversés de l’histoire du sport roi. Les Three Lions méritaient de gagner, mais pas de cette façon. Le traitement infligé à Pelé n’est pas le seul fait de jeu qui a flétri cette unique victoire majeure anglaise. Il y’en a eu d’autres…

L’émotion est nègre, la raison hellène

Dire de ce fait comme Jérôme Bergot dans son article « Coupe du Monde, comment le Cameroun a failli déraper », que certaines réactions à chaud des lionnes étaient stupides. Les qualifier de mauvaises perdantes : c’est tout à fait mal placé. Les expressions «  L’arbitre voulait faire gagner l’Angleterre  », « C’est la Coupe d’Europe  » ou « Les Blancs jouent entre eux » sont tout sauf nulles et non avenues. Elles découlent d’un sentiment d’injustice qui prend déjà racine dans le nombre (encore) des équipes européennes à la coupe du monde. 10 nations d’Europe sur 24, sur ce plan il n’y a aucune forme d’égalité. Et si à cela on ajoute un arbitrage douteux aidé par la VAR, ça donne ce qu’on a vu : des lionnes qui veulent quitter la pelouse.

Eliminées par les américaines en quart de finale de leur coupe du monde, les françaises peuvent dorénavant ressentir ce que les coéquipières de Nchout Ajara ont éprouvé. Il y avait pénalty indiscutable pour la France face aux USA. Cependant, si on n’avait pas injustement fait retirer celui de Wendy Renard contre le Nigeria, ça aurait été injuste. Bref c’est un juste retour de bâton. Les Etats-Unis, derniers non-européens de la compétition, représentent désormais 4 continents à la Coupe du Monde.

Entre frères et sœurs

L’arbitrage cause de l’échec des camerounaises en France est un argument faux et assez prétentieux. C’est très bien de faire deux huitièmes en deux participations mais c’est insuffisant pour viser plus haut. Malgré leurs magnifiques prestations contre la Nouvelle-Zélande, le stop est mérité.

Pas besoin d’en rajouter. De penser à les sanctionner comme le fait la CAF. On a l’impression que lorsqu’il s’agit du pays du prédécesseur de monsieur Ahmad Ahmad, les instances du football Africain redeviennent autoritaires. L’organisation de la CAN retirée, aujourd’hui elles pensent à réprimer les camerounaises parce qu’elles ont perdu leur nerf. Les Wydadis ont refusé de finir une finale de Ligue des Champions pour un but refusé par une VAR qui ne fonctionnera qu’en quart de finale de la CAN : le match sera rejoué. Equilibre !

Rugissements…

Quoique les camerounais sont habitués à avoir des gens sur leur dos. Ils ont même parfois fait de cet acharnement une raison de gagner. La campagne médiatique de dérision dont ils font l’objet ne les étonne carrément plus. Le Cameroun est vieillissant. Le Cameroun a un jeu basé sur le physique. Champion en titre, le Cameroun n’est pas favori pour la CAN. Le Cameroun ne joue pas bien. Le Cameroun, le Cameroun, le Cameroun… Choupo Moting ne peut pas être le capitaine de l’une des équipes les plus emblématiques de l’histoire du ballon rond quand à Paris il est méprisé. Alors on continue…

On part de son raté contre Strasbourg pour dénigrer sa sélection. Les mauvaises phrases ne manquent plus pour tirer sur les fauves. Comparé à tout et n’importe quoi, même les plus faibles équipes du continent sont galvanisées. À leurs risques et périls, elles gonflent le torse devant le roi de la forêt. Phillipe Doucet, le spécialiste du football Africain, a même été surpris de voir les Lions pratiquer un jeu intelligent contre la Guinée Bissau. C’est dire que Théophile Abéga, le Docteur, n’était pas intelligent. Roger Milla, Thomas Nkono, Joseph Antoine Bell, Rigobert Song, Patrick Mboma, Marc-Vivien Foé, Samuel Eto’o, Aboubakar Vincent, Fabrice Ondoa, Andre Onana n’ont jamais pratiqué un jeu intelligent. Le consultant de CANAL + rejoint de ce pas son confrère Habib Beye dans ses déclarations anti-Cameroun :

« Le Cameroun a remporté son match face à la Guinée avec beaucoup de chance et il n’aura pas cette même chance face au Ghana samedi. On le sait tous, les favoris de la CAN sont le Sénégal et l’Egypte »

Parce que Mané et Salah sont champions d’Europe, évidemment. Ghana – Cameroun, score final : 0-0. Les Ghanéens n’ont toujours pas battu le Cameroun en match officiel. Une info, une intervention d’Habib Beye dans la suite logique de son « Cameroun a remporté la plus faible CAN de son histoire ». Heureusement qu’à cette faible CAN 2017 il y avait le très fort Sénégal de Sadio Mané battu par le Cameroun. Le très fort Ghana, battu par le Cameroun et la très forte Egypte de Salah, battue par le Cameroun. On peut comprendre que l’ancien coéquipier de Didier Drogba n’aime pas les Lions Indomptables. Qu’il n’ait toujours pas digéré cette finale perdue en 2002 face à la meilleure attaque et meilleure défense de la compétition. 9 buts marqués, zéro encaissé, la seule équipe de l’histoire du football à l’avoir fait…

On peut comprendre qu’il ait oublié que le Cameroun ait battu les plus grandes équipes Sénégalaises : le Sénégal de Jules Bocandé en 1992 à Dakar à la CAN, le sien et celui de Sadio Mané. Mais en tant que consultant le plus aimé des joueurs, il a le devoir de faire preuve de plus d’équité dans ses déclarations. Même son ancien coéquipier et capitaine Aliou Cissé a reconnu que le Sénégal n’était pas favori : que c’était une histoire de journalistes. Et sa crédibilité a plus de poids que celle de monsieur Beye et de ses collègues. Il a mené les Lions de la Terranga à deux CAN, une Coupe du monde et des Jeux Olympiques. En attendant qu’il devienne un entraineur de cet acabit, le Marseillais devrait s’inspirer du sélectionneur sénégalais. Un match ne se gagne pas sur le papier…

Il y a une différence entre avoir des atouts et être favori. Le Sénégal a des atouts mais n’est pas favori. Et ce favoritisme qui les suit depuis des années ne fait que les desservir. Comme le Portugal et la Côte d’Ivoire, le Sénégal va remporter la CAN au moment où on s’attendra le moins. Ils ont le devoir de refuser d’être comparés aux équipes comme l’Egypte ou le Cameroun. Pas l’Egypte de Salah, poussière devant celle d’Aboutrika. Mais cette Egypte qui a marché sur l’Afrique avec une formation Africaine. Cette équipe qui a réduit au néant tous les meilleurs joueurs africains évoluant en Europe. Des Pharaons à l’image de Belaili buteur unique contre le Sénégal. Le but de l’algérien était aussi beau et important que celui qu’il a marqué en finale de Ligue des Champions Africaine.

Pour tout dire…

Le football camerounais n’est pas parfait. Toutefois, il mérite un peu plus de respect. Ses couleurs sont aussi représentatives du soccer que celles du Brésil, de l’Allemagne, de l’Italie, de la France ou de l’Argentine. La lapidation dont il fait l’objet n’a simplement pas lieu d’être. Dans un football qui rappelle la colonisation de l’Afrique. Sous le toit d’une Confédération Africaine sous tutelle, il est un lion debout. Une fierté qu’il a toujours incarné bien que combattu. Un exemple pour l’Afrique. Car il ne faut pas oublier que le Cameroun est l’équipe Africaine la plus aboutie sur le plan international. Finaliste de la Coupe des Confédérations, premier quart-de-finaliste Africain du mondial, Champion olympique, ce que le quintuple champion d’Afrique a fait pour son continent est incommensurable.

On ne présente plus Issa Hayatou, premier président Africain (et seul) de la FIFA. Les précurseurs que sont Roger Milla et Thomas Nkono. Le premier pour ce qui est de la façon, danser, de célébrer un but. Et le deuxième dans la tenue révolutionnaire, jogging noir, des gardiens. Le mentor de Gigi Buffon est le premier gardien de but à revêtir un « pantalon » noir pour évoluer sur la ligne.

On n’évoque toujours pas ses légendaires maillots pénalisés à tort par la FIFA. Les maillots en démembrés pour faire face à la chaleur. La combinaison maillot-short pour faciliter la mobilité. Des révolutions scientifiques et techniques signées PUMA, portées par des félins Africains et rejetées par le football international. Ce football qui aime se comparer à la NBA. Association de basket qui a accepté de voir le mythique maillot démembré du ballon orange devenir chez certains un maillot à manches courtes. Cleveland par exemple, n’a pas été châtié pour une telle initiative. Les américains ont juste vu en ce changement, une tentative d’amélioration des conditions de jeu.

A l’image du short court passé long et inversement, les tenues des lions entre 2002 et 2004 n’étaient que progrès. Dans 100 ans ils seront imités, mais personne ne dira qu’ils en étaient les pionniers. Oubliés ils seront à l’instar de Serena Williams vêtue de vert rouge et jaune. De l’hérédité paternelle de Yannick Noah, le seul vainqueur français d’un grand Chelem, identique à celles de Pascal Siakam et Joel Embiid : de Kylian Mbappé l’un des meilleurs joueurs de tous les temps. Et si c’était pour ça ? Le vrai nouveau Pelé a des origines camerounaises. Et si ça gênait… ?

Pierluigi Collina : Plus fort que la VAR

Par défaut

Sur le plan technologique, il ne fait aucun doute que le football a progressé. Équipements, stades, Goal Line Technology, VAR, beaucoup de choses ont changé autour du ballon rond. Des améliorations notoires sans réelles modifications toutefois. Deux équipes de 11 joueurs s’affrontent toujours sur une pelouse. Un terrain d’entente, une rencontre maîtrisée par la présence d’un 23e homme : un arbitre. Officiel central, capitaine de la troisième équipe. Escouade qui elle également, joue pour gagner. Pour démontrer que sa prestation reste aussi importante (sinon plus) que celle des 22 autres acteurs. Et qui dit performances arbitrales, dit forcément Pierluigi Collina.

Pierluigi Collina par Fars News Agency – Wikipedia CC BY 4.0

Un signe de sagesse

Collina n’a pas toujours été un arbitre. Il a aussi été défenseur avant de prendre le sifflet. Un choix qui lui a valu une progression fulgurante freinée par une alopécie sévère. Le jeune homme de 24 ans perd ses cheveux en 10 jours et voit sa carrière marquer du pas. Dans le Calcio à l’époque, être un arbitre sans cheveux pouvait provoquer des réactions désagréables dans les gradins. On a donc attendu que sa maladie cesse pour le relancer. Une perte de temps évidemment, le colosse d’1m84 déterminé.

Pour l’ascension qui l’attendait, le septuple meilleur arbitre de Serie A avait besoin d’un look différent. Divin chauve, cette maladie n’a heureusement pas eu un impact sur sa vie. Elle l’a distingué de sa génération et a rapidement fait de lui un sage. Un « moine », un homme à part : le meilleur arbitre de tous les temps. Ou du moins, celui qui a le plus marqué le football de son temps. Sa quote-part sur le gazon était simplement aussi remarquable que celles des Ballons d’or Zidane et Ronaldo à leur époque.

Le maillot de Ronaldo à l’Inter de Milan par Auteur Inconnu – Wikipedia CC BY-SA 2.5

Déférences

On sait à quel point c’est difficile de dire qu’un arbitre a fait un bon match. Surtout lorsqu’on appartient à l’une des deux équipes qu’il sépare. Et pourtant on le disait de lui. Ses prouesses étaient si notables que des penseurs du football tels que Sir Alex Ferguson s’inclinaient devant son génie. Un respect qui s’étendait jusqu’aux amphithéâtres de l’université de Hull. L’économiste y reçut le diplôme honorifique de docteur en sciences, pour ses services rendus au football. Aux joueurs…

Victorieux ou non, certains d’entre eux lui ont même remis leurs maillots après les match. Des stars parmi lesquelles Ronaldo et Dietmar Hamann en finale de la Coupe du monde 2002. Une victoire 2-0 du Brésil sur l’Allemagne ou la consécration d’une immense carrière. Une succession de rencontres en haute définition qui prendra fin trois ans plus tard en Août 2005. Et comme Pelé et autres icônes du 20e siècle, il aura pris le temps avant de marquer les jeunes de son ère. De prêter son image à la jaquette d’un jeu vidéo : le très célèbre Pro Evolution Soccer 3. Il est le seul arbitre à l’avoir fait jusqu’ici. C’est dire…

Juge de touche par chirafat – Pixabay Cc0

Coup de sifflet final

Assistés par la vidéo, lorsqu’on voit le temps que les arbitres prennent pour décider. Le temps qu’ils perdent à se planter parfois, on ressent la régression globale du niveau du football. La technologie a facilité la vie aux  « Men In Black » et réveillé leur orgueil. « Ce n’est pas une machine qui me dictera ma conduite », croirait-on suivre. Aussi, l’image de ce témoin oculaire est altérée, son rôle parfaitement joué. Il présente clairement la vérité et laisse le soin au « refree » de juger. De voir aussi juste que les seuls yeux de l’actuel président du comité des arbitres de la FIFA.

Durant plus de 10 ans, le natif de Bologne n’a eu que sa vigilance pour faire son travail. Le surnommé Kojak n’avait pas besoin de visuels pour siffler adéquatement. Son grand regard suffisait pour que sa décision soit bonne. Nommé pour arbitrer votre match, vous étiez sûr de participer à un affrontement équitable. La preuve que les progrès techniques améliorent la vie des hommes sans forcément les changer. Si vous êtes une personne juste vous le resterez. Si vous n’êtes pas un bon arbitre ça se saura. Et si vous voulez progresser, elle vous aidera. Tout le monde n’est pas Collina. PC n’a pas utilisé la VAR, mais il lui reconnaît un grand mérite :

« 95% des décisions prises par les arbitres sans la VAR étaient correctes, et ce pourcentage a augmenté jusqu’ à 99,3% grâce à l’intervention de la V AR. (…) Cela a toujours été dit, la V AR ne signifie pas la perfection. Mais 99,3% en est très proche. » 

The End par geralt – Pixabay CC0

Racisme : Kalidou mon frère, bouche tes oreilles et reste fier

Par défaut

Un footballeur noir a récemment encore été victime d’insultes racistes. Il s’agit de Kalidou Koulibaly. Parmi les meilleurs défenseurs du monde, le Sénégalais n’a pas pu supporter cette attitude de supporteurs insupportables. Le football européen vit ainsi le deuxième acte de ce type en l’espace d’un mois. Le premier était survenu le 8 décembre dernier à Chelsea et le joueur visé était le cityzen Raheem Sterling. Comme à l’accoutumée il y’a eu une vague d’indignations sans véritables changements. Kalidou n’est pas le premier, il ne sera pas le dernier martyre de ce cas désespérant. Les cris de singe ne sont que le témoignage d’un malaise plus profond.

Tunnel par Free-Photos – Image Pixabay CC0

Dangereux

L’insulte dans sa définition la plus simple est la manifestation d’une certaine colère. On tente alors par tous les superlatifs possibles d’attenter à la dignité de l’autre. L’objectif est de sortir debout de l’opposition en le détruisant mentalement. Et pour atteindre son but, l’insultant peut donner à son expression une toute autre proportion. Raciste ici car il sait que les footballeurs noirs ont horreur de ce genre d’invectives. Une haine liée à l’histoire qui fit d’eux des descendants de « sous-hommes ».

Martinique par Orythys – Image Pixabay CC0

Le supporteur ne cherche qu’à mener son équipe vers la victoire. Il pense comme Marco Materazzi face à Zidane en 2006. L’ancien Interiste s’est certainement dit que son équipe et lui perdraient si le Français continuait le match. Ce dernier devait sortir d’une façon ou d’une autre pour que la Squaddra Azzura soit championne du monde : c’est tout. Il est allé loin, très loin même, et a emmené Zizou avec lui. Il a poussé le Bleu à dépasser les bornes de sa tolérance et l’Italie a remporté la Coupe du Monde. Ça s’appelle l’envie de gagner. Ce n’est pas forcément de la méchanceté. Une finale de Coupe du Monde pour un footballeur c’est toute une vie. C’est pareil pour certains supporters. Nous avons tous déjà entendu cette phrase générique : « Ce club c’est toute ma vie. »

Les tifosis de l’Inter savaient que Naples sans Koulibaly était prenable, et ils avaient raison. Dès que le roc est sorti, il y’a eu un but et une victoire 1-0 des Nerazzuri (surnom des joueurs de l’Inter de Milan). C’est aussi ça le football. Et un footballeur noir doit se préparer à vivre tout ça lorsqu’il signe dans un club. Aux grands maux, les grands remèdes. Ce n’est pas une histoire de noirs et de blancs : c’est un problème humain. C’est la vie, les offenses sont pour tout le monde.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA par Oscar – Image Flickr CC BY 2.0

Les noirs ne doivent pas toujours tout ramener à la couleur de leur peau. Si on secoue un manguier c’est qu’il a des mangues, dit un proverbe africain. Si tes adversaires te taclent trop ce n’est pas parce que tu es noir ; c’est parce que pour eux tu es dangereux. Lorsqu’on te lance une banane mange la ou ignore la, ne glisse pas dessus : c’est dangereux. La légitimité du geste est laissée à l’appréciation de l’arbitre. C’est à lui de veiller au bon déroulement d’une rencontre pas aux supporteurs. La loi ne peut empêcher personne d’être raciste mais elle a le devoir de préserver sa communauté du racisme. Elle n’est pas garante de l’intégrité des hommes. Elle veille à l’équité dans la société.

Punishments par Mohamed Hassan – Image Pixabay CC0

L’ironie du sort

La société en question ici, c’est le football européen. Pas italien parce que le racisme n’a pas de nationalité. L’Italie a sauvé plus de 700.000 migrants d’une mort certaine. Ce qui s’est passé en Série A s’est déjà produit en Liga, en Ligue 1, en Premier League, etc. Il appartient donc aux hautes instances du football européen de régler ce problème. Si la Fédération italienne de football n’en est pas capable que l’UEFA (voire la FIFA) se saisisse de la situation. Des sanctions doivent pouvoir tomber dès que de tels agissements sont signalés. Ce match aurait dû être arrêté. Koulibaly exclu, l’arbitre central M. Paolo Mazzoleni aggrave les faits et entraîne les institutions du football italien (et européen) dans l’erreur. Ils exaucent les souhaits de ces ultras et participent ensemble à cette animosité.

Pourquoi donner un carton jaune à un joueur qui applaudit pour évacuer son mécontentement ? Cette sanction basée sur l’ironie est infondée. Dans une activité physique comme le football on ne peut pas se permettre de jouer les psychologues. Les faits sont là. Sont-ils vilains ou non ? Telle est la question. Les insultes sont ignorées et les applaudissements sanctionnés… c’est absurde. Entre un joueur qui insulte un arbitre et un autre qui l’applaudit, lequel est le plus à même à être puni ? On ne peut pas sanctionner un joueur qui fauche au même titre qu’un autre qui applaudit. C’est un abus et mercredi 26 décembre, ça s’est vu. Le deuxième jaune de Koulibaly était injustifié. Ces cartons donnés derrière un « clapping » doivent disparaître. Le football est émotionnel et canaliser ses émotions dans la non-violence n’a jamais fait de mal à personne. La mauvaise considération de l’Homme noir en général, si…

Abandoned Buildings par Christels – Image Pixabay CC0

« L’univers ignoré »

En phase finale de Coupe du Monde, sur 32 places disponibles l’Afrique dispose de 5 et l’Europe de 14. Pour changer ça, la FIFA augmentera le nombre total de participants d’ici 2026. Au lieu d’équilibrer, on passe à 48 et la solution perd en compétitivité. Au mondial des clubs le champion d’Afrique joue deux matchs pour atteindre la finale, le champion d’Europe un seul. Une évolution remarquable toutefois puisqu’avant la Coupe Intercontinentale se jouait entre deux continents : l’Europe et l’Amérique du sud. Le vainqueur de la Ligue des Champions et celui de la Copa Libertadores s’affrontaient pour désigner le champion du monde des clubs.

Quand un supporteur européen s’imprègne de cette répartition il se dit simplement : ils sont inférieurs à nous. Et si entre temps il s’engage à lire Victor Hugo pour élever sa pensée, il ne réagit pas forcément comme Alexane Ozier-Lafontaine devant ces mots : « La Méditerranée est un lac de civilisation ; ce n’est certes pas pour rien que la Méditerranée a sur l’un de ses bords le vieil univers et sur l’autre l’univers ignoré, c’est-à-dire d’un côté toute la civilisation et de l’autre toute la barbarie. (…) Quelle terre que cette Afrique ! L’Asie a son histoire, l’Amérique a son histoire, l’Australie elle-même a son histoire ; l’Afrique n’a pas d’histoire. Une sorte de légende vaste et obscure l’enveloppe. Rome l’a touchée, pour la supprimer ; et, quand elle s’est crue délivrée de l’Afrique, Rome a jeté sur cette morte immense une de ces épithètes qui ne se traduisent pas : Africa portentosa! (Applaudissements.) (…).»

Le célèbre auteur de l’œuvre « Les Misérables » ajoutera même « L’Afrique importe à l’univers » pour mieux agréer les velléités de colonisation de la « barbarie » par « la civilisation ». Nous sommes le 18 Mai 1879 à « un banquet commémoratif de l’abolition de l’esclavage » présidé par l’écrivain humaniste. L’expression d’un dédain qu’il ne partage pas qu’avec des caucasiens. Les bons élèves fourmillent sur la planète.

Gandhi par Dcprotog – Image Pixabay CC0

En Afrique du nord par exemple, le trafic des migrants en Lybie, la mort de l’attaquant camerounais Albert Ebossé en Algérie ou celle plus récente de Falikou Coulibaly à la Soukra, président de l’Association des Ivoiriens de Tunisie, attestent de la considération simpliste qu’on a des noirs dans le monde, footballeurs ou pas. Même les non-violents n’ont pas été tendres avec nous. Gandhi, la grande âme, déclarait en 1903 : « Bien entendu, de mon point de vue, le Conseil municipal doit débarrasser ce quartier de ces Cafres (les noirs). Quant à la mixité entre Cafres et Hindous, je dois confesser que j’y suis absolument opposé. Je pense que c’est très injuste pour la population indienne. »

Africa Children par Sissi – Image Pixabay CC0

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort…

Les footballeurs noirs doivent s’interroger sur leur situation eux-mêmes. Personne ne le fera pour eux. Ils ont suffisamment de réponses sportives et extra-sportives aux questions qu’ils doivent se poser. Les débats, les tweets, les posts et les messages de soutien ne suffiront pas. Pour que ce racisme disparaisse à jamais, il faut remonter le temps et effacer la traite négrière transatlantique, la traite négrière vers le monde arabo-musulman, le colonialisme et bien d’autres cortèges de malheurs qui ont détruit l’image de l’Homme noir. Ce qui est impossible. Ignorer les distractions pour atteindre son objectif et garder la tête haute peu importe les conditions, sont les seules solutions. Demain on ne dira pas que Koulibaly a été victime d’attaques raciales : on dira que l’Inter de Milan a battu Naples. Seule la victoire est belle. Soyez des vainqueurs !

Arbitrage : Main ou pas main ?

Par défaut

L’International Board, l’organe chargé de la mise en place des règles relatives au football, s’apprête à statuer sur l’équivoque lié aux « mains ». Involontaires ou non, ce problème à l’origine de nombreuses querelles, a-t-il vraiment lieu d’être quand on joue au foot…ball, et qu’on n’est pas un gardien de but ?

Non

Bien qu’il y’ait des footballs qui se jouent tel le rugby ; ou encore que dans ces débuts, le jeu le plus simple ressemblait plus au handball qu’au sport roi, l’utilisation de la main reste interdite aux footballeurs, lorsqu’ils ne sont pas goalkeepers. Jouer de la main sur une pelouse, c’est jouer au plus malin et c’est l’International Board qui le dit. S’il y’a main, sur un terrain, il y’a faute et tout arbitre qui constate le fait, a le devoir de réagir en la sanctionnant d’un coup franc ou d’un pénalty… Son rôle est de rendre justice à chaque fois que l’occasion se présente. 10 mains devraient équivaloir à 10 coups de sifflet. Ce n’est que de cette façon que l’équilibre de la balance sera préservé au cours d’une rencontre : ce qui n’est toujours pas le cas…

Oui…

Oui… il y’a encore des fautes de mains qui ne sont pas sifflées. Malgré l’assistance vidéo, des arbitres refusent de voir la réalité en face et continuent de vanter les mérites de l’injustice dans le football. On se range ainsi derrière ceux qui disent vouloir conserver le côté humain du sport le plus populaire au monde. Une inquiétude abusive, les hommes infiniment au centre des débats. Un alibi réducteur pour l’Homme, le définissant ici comme un être injuste à la base ; ce qui évidemment n’est pas vrai puisqu’il n’aurait pas sa place dans ce cas, lui arbitre, sur le terrain en qualité de justicier. En rendant justice de façon intempestive, on rend les hommes meilleurs et à contrario on sème la division. Bien sûr il y’a ce caractère d’imperfection, qui pousse l’Homme à se repenser sans cesse ; ce pan qui pour certains arbitres, les change parfois en psychologues devant un ballon heurté par une main.

Un rôle qui n’est pas le leur, une attitude qui les oblige à considérer le pénalty comme une sanction au-dessus des autres. « L’homme en noir » tergiverse devant sa proximité idéale vis-à-vis des buts et pourtant, un but sur coup de pied arrêté ne dépend pas de sa distance par rapport aux filets, mais certainement de la qualité et de la précision avec lesquelles, il est frappé. Cette magnification du pénalty est un frein à la justice sur une pelouse, et le véritable objet du problème sur la main.

Une faute est une faute et chaque faute doit être sanctionnée comme le prévoient les lois du football. L’indulgence n’aura de sens que lorsqu’on considèrera le corps humain comme entière partie prenante du jeu où il est convié. C’est du « pied-ballon », mais pour sa pratique, les mains restent des éléments inhérents. Elles participent à l’équilibre du joueur dans sa course, sa détente… : sa motricité. Penser donc à son intentionnalité, revient à perdre son temps car pour jouer, on a toujours l’intention, positive ou non, d’utiliser ses bras, en tant qu’humain. La question devrait être : est-ce que l’opposition de la main empêche seule, la motricité du ballon peu importe sa situation sur le terrain ? En d’autres mots, la main est-elle décollée du corps, oui ou non ? Si oui, il y’a pénalty ou « free-kick », sinon rien…C’est vrai qu’ils suent en s’exprimant, mais la culpabilité n’est pas écrite sur les fronts des footballeurs. Pour statuer honnêtement sur l’intentionnalité d’un geste du bras, il faudra alors, mener une enquête. Le problème c’est qu’on a que 90 minutes…