Ballon d’or : le dilemme

Par défaut

L’histoire entre l’Europe et l’Afrique n’a pas encore fini de se croiser. Le football en est l’exemple parfait. Le sport roi continue d’illustrer cette rencontre de plus en plus problématique. Le souci étant lié à la reconnaissance de l’apport du footballeur africain dans le football européen. Les successeurs de George Weah, qui a reçu le ballon d’or en 1995, tardent à arriver. Pourtant ses remplaçants se sont vite révélés derrière lui. Parmi eux : Drogba, Eto’o, Aubameyang, Salah et surtout Sadio Mané. Le vainqueur de la dernière Ligue des Champions vient encore de marquer les esprits, en inscrivant un doublé qui a permis à Liverpool de remporter la Supercoupe d’Europe face à Chelsea (2-2/5-4 aux t-ab). Ainsi, la saison européenne commence comme elle s’était terminée, c’est-à-dire avec un footballeur africain meilleur joueur d’Europe.

Meilleur joueur africain ?

Alors Sadio Mané est-il le meilleur joueur d’Europe ou le meilleur joueur africain ? La question est d’autant plus intéressante qu’il n’a encore rien gagné sur le sol africain. Contrairement à l’Algérien Youcef Belaili qui a remporté la Ligue des Champions, avec l’Espérance de Tunis et la CAN avec l’Algérie. À l’inverse aussi du capitaine algérien Riyad Mahrez, Mané n’est toujours pas un champion d’Afrique. Son talent attend encore de dominer un football considéré comme inférieur par certains spécialistes. C’est comme si un docteur en mathématiques n’arrivait pas à faire une simple addition, après plusieurs tentatives.

Meilleur joueur évoluant en Europe ?

Sadio Mané est sans aucun doute le meilleur joueur d’Europe aujourd’hui. Son début de saison ne fait que le réaffirmer. Mais sera-t-il confirmé ? Pas si sûr. Le Lion de la Terranga n’a même pas été nommé parmi les trois joueurs qui pourront prétendre au titre de Footballeur UEFA de l’année. Derrière Cristiano Ronaldo, Van Dijk et Messi, Mané est 5e. Une place aux pieds du podium dévoilée le lendemain de sa remarquable prestation en Supercoupe d’Europe.

Qu’en sera-t-il du Ballon d’or ? Probablement pareil. Son issue reste dépendante de la subjectivité d’un scrutin. Ici on crie, on saute, on vote pour celui qu’on aime. Qu’il soit le meilleur ne compte que trop peu. Un footballeur africain soumis à un suffrage européen part donc forcément désavantagé. La seule façon pour lui d’être sûr de triompher, c’est de réaliser des perfomances du niveau de Cristiano Ronaldo. Le portugais d’origine capverdienne subit les mêmes critiques que ses demi-frères. Une remise en question permanente de son génie qu’il conteste par des performances incontestables. En somme, être superieur ne suffit pas. Le footballeur africain evoluant en Europe doit être stratosphérique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *