La Coupe de la Ligue est maintenant terminée. Et ce ne sont pas les Parisiens de Saint-Germain qui l’ont gagnée. Guingamp les a éliminés au Parc des Princes (1-3) avant de tomber à Lille devant Strasbourg (0-0/4-1 après t-ab). Une finale serrée. Une victoire scellée aux pénaltys par le talent d’une graine de champion. Héros d’une séance marquée par la Panenka de Dmitri Lienard, le jeune portier Bingourou Kamara a « détourné » le champion de National 2016 au tour préliminaire de la Ligue Europa.

Tifo et Kop RCSA Racing Club de Strasbourg Alsace au stade de la Meinau par KOBI FRANCK – Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0

We are « des » champions

L’heure est donc à la démesure. Au milieu de cette atmosphère ultra dominée par le PSG, le RCSA a fait du Montpellier. 5 ans après l’exploit de Guingamp en Coupe de France, les Champions de France 1979 remettent la logique sportive au gout du jour. Oui, c’est le retour des anciens champions. L’Ajax, Reims, les deux Milan… des géants se réveillent.

« We are the Champions… of the world », lançait alors le DJ à la Meinau pour célébrer le retour des Bleus. Leurs Bleus à eux, leur trophée or à eux : c’était le moment de ramener la coupe à la maison tout simplement. Quand on a sorti Lille, Marseille (à l’extérieur), Lyon (à l’extérieur) et Bordeaux, Guingamp devient une formalité. Le champion de Ligue 2 2017 est passé au niveau supérieur. Le triple vainqueur de la Coupe de la Ligue a démontré qu’il est plus qu’un promu capable de battre le PSG.

Keny Lala par Supporterhéninois – Wikimedia Commons CC0 1.0

Thierry Laurey A

L’ancien FC Neudorf est l’un des lauréats les plus complets de l’histoire du football français. De la CFA 2 à la Ligue 1, le Racing a été champion à tous les échelons. Ses promotions ne sont pas des fruits du hasard mais d’un travail bien fait. Le quart-de-finaliste de la C1 1980 a remporté 3 Coupes de France et joué toutes les Coupes d’Europe. Même la Coupe des Villes des Foires n’a pas échappé à leur plan européen. Foireux pour ses détracteurs. Mais suffisant pour être souligné comme le travail de monsieur Thierry Laurey. Celui qui est au début et à la fin de Thierry Henry l’entraîneur, a joué un rôle primordial dans le succès Strasbourgeois. Plus que le 1-5 passé à Monaco (après le 2-1 de l’aller), il a prouvé en deux saisons que la conférence de presse n’est pas sa seule force.

L’ancien milieu défensif de Montpellier et Paris communique encore mieux sur une pelouse. Son palmarès est même meilleur que celui de Pocchetino et égale celui du Tuchel qui a signé à Paris. Réussite qui devrait inciter le club phare de la capitale à s’interroger. Pourquoi pas un Laurey ? Les meilleurs coaches du championnat français sont des français pourtant. Entraîneurs de clubs de seconde zone (surtout) qui se gavent d’exploits pour exister. Laurey, Moulin, Pellissier, Vieira, Guion, Gasset, Galtier, Der Zakarian, Gourvenec etc. font de l’excellent boulot sans moyens. Ils font avec ceux qu’ils ont… et c’est ce qu’il faut. Pour gagner la Ligue des Champions, il faut exporter une identité. Ce que jusqu’ici le Paris « Superstar » Germain n’a pas su faire.

Zinedine Zidane et Didier Deschamps par Auteur Inconnu – Wikimedia Commons (Domaine Public)

C’est possible !

Tout est un problème de considération : pas de compétences. Gagner la Coupe de la Ligue avec Strasbourg, c’est être capable de gagner la Ligue des Champions avec Paris. Roberto Martinez est aujourd’hui sélectionneur de la Belgique parce qu’il a gagné la Cup avec Wigan. Où est le rapport ? Nulle part, justement. Il a remporté la Coupe d’Angleterre avec un relégable : il peut aller chercher la Coupe du Monde avec la « crème » des Diables Rouges. Ils ont sorti le Brésil de Neymar au Mondial. Ils ont été 3es en Russie (un record pour la sélection) : ils ont rencontré la France de Didier Deschamps en demi-finale…

Christophe Galtier par Илья Хохлов – Wikimedia Commons par CC BY-SA 3.0

Paris devrait faire confiance à la qualité locale. C’est la seule manière de corriger l’erreur qui a plongé leur projet dans « l’échec ». En chassant Antoine Kombouaré ils ont brisé le pont qui unissait le passé du club à son futur : le présent. Figure emblématique des Bleus et Rouges, ils auraient dû laisser Casque d’or terminer la saison 2011/2012 et servir de lien entre l’ancien et le nouveau Paris. Le Paris de Luis Fernandez vainqueur de la Coupe des Coupes et le « Doha » de Laurent Blanc : entraîneur le plus titré de l’histoire du club. Deux français, deux DD… A l’heure où on parle, Thierry Laurey est juste le Didier Deschamps des Bleus et Blancs. Le natif de Troyes a donné à ses joueurs, à ses supporters : un trophée inespéré… Bravo à lui et à toute son équipe.