Une journée en enfer

Par défaut

La Cathédrale Notre-Dame en feu, le monde a pu contempler le milliardième de ce que peut-être la colère de Dieu. Celui qui a un peu de jugeote a dû comprendre que le problème n’a rien à voir avec une mauvaise manipulation. Sur cette terre où la Foi fait l’objet de railleries, la déception qui a envahi leurs cœurs mime plus l’idolâtrie que la crainte du Créateur. Des pierres on pleure devant des hommes qui meurent. Le Sri-lanka, le Mozambique, les Gilets Jaunes… des centaines de millions d’euros tombent pour mieux les ignorer. Mais que faire, si ce n’est observer Paris perdre son âme. Deux trophées sur cinq possibles, depuis qu’ils se sont moqués de Choupo-Moting, le club de la capitale a entamé sa descente aux enfers.

Les Pompiers par Skeeze – Pixabay CC0

Aime ton prochain comme toi-même

Du début à la fin, c’est la suite logique de toute entité. Qui que vous soyez, votre existence est liée à cette courbe « droite ». Même le Paris SG version QSI qui semblait si dominateur en France, vient vraisemblablement de toucher le fond. L’escouade de Thomas Tuchel a appris à ses dépens qu’il faut respecter son adversaire avant de le battre. Eliminé par Guingamp en Coupe de la Ligue, botté en touche par le Manchester de Tahith Chong en Ligue des Champions, le PSG vient encore de tomber face à Rennes après avoir mené 2-0 et été malmené par le LOSC 5-1. Son dauphin « enragé », a ainsi enclenché une démystification domestique de son image. Une chute qui s’est poursuivi à Nantes avec une défaite 3-2. Et reposé à domicile face à Monaco, le temps d’un titre tristement fêté. Triplé de Mbappé, victoire 3-1 contre un club de la Principauté qui n’a pas su profiter des défaillances de son adversaire.

Elles étaient pourtant assez visibles. Choupo n’était plus là pour recevoir les critiques qui étaient destinées à son équipe. Meunier l’a valablement substitué. Son CSC qui ouvre le score à Lille, a juste rappelé à tous que l’erreur est humaine. Ce qui est arrivé à MCM 17 – est arrivé à Kimpembé contre Man U et Rennes – peut arriver à tout le monde. Sur le second but Croate en finale du Mondial, Lloris a commis une erreur légendaire qui aurait pu être fatale à sa sélection. Parle-t-on d’une Lloris ? Il n’était pourtant pas à sa première « Arconada ». On pense à son « slalom » contre la Suède lors des éliminatoires de la Coupe du Monde Russe. Choix intrigant qui a conduit les Bleus à une défaite 2-1. Et failli priver la France de sa seconde étoile…

Statue représentant la Justice par Morgan4uall – Pixabay CC0

Juste Ciel

Personne n’est à l’abri de jouer un sal tour à ses coéquipiers. Lorsqu’on fait d’un Etre en erreur un sujet d’humiliation : on devient ridicule. Et c’est ce que Paris est devenu après le match nul contre Strasbourg : ridicule. On a dit que le capitaine des Lions Indomptables n’avait pas le niveau pour jouer en Ligue 1 : quelques jours après ceux qui l’avaient se sont pris une raclée historique… en Ligue 1. La pire défaite du club depuis un autre 5-1. C’était à Sedan et le Camerounais Pius Ndiefi avait inscrit un triplé ce jour-là.

Le football est un sport juste. Le PSG était convaincu que les compétitions locales leur appartenaient. Ils ont méprisé leur victoire en championnat (un titre majeur) : ils sont passés devant la Coupe de France. Un échec marqué par un énième mépris à l’endroit de Cavani, la sortie inexplicable de Di Maria, le geste gratuit de Mbappé sur Da Silva (carton rouge justifié) et la droite de Neymar à un supporter rennais. Un coup de poing, un geste odieux défendu par Pierre Ménès sur le plateau du Canal Football Club. Lequel PM qui s’est toujours montré très violent envers Choupo Moting. Ce qui est certain toutefois, c’est qu’il est totalement préférable de voir Choupo Moting manquer l’immanquable, que de voir Neymar frapper un spectateur.

Neymar à Santos par Christopher Johnson – Wikimedia Commons CC BY-SA 2.0

Appelez les pompiers !

Le Christ a dit : « Si tu n’es pas fidèle dans les petites choses, qui te confiera les grandes ». Le PSG a fixé la Ligue des Champions comme objectif. Mais comment y arriver quand il méprise le tremplin qui est supposé l’y envoyé ? Monaco, Lyon, Marseille et Rennes ont brillé en Coupes d’Europe grâce des ossatures françaises. Sans âme Paris est pris. On n’accède pas au Paradis si on n’a pas les pieds sur terre. Olivier Letang, Ben Arfa… Julien Stéphan, Christophe Galtier et Thierry Laurey ont donné une leçon aux Parisiens. Avant c’était les européens qui leur infligeaient des Remontada, aujourd’hui ce sont les français. Où va Paris ?

Cavani est sur le départ, l’esprit du club entre les mains. Il rejoint Matuidi et ses « pieds carrés » dans un environnement où l’esprit « sport » est roi. « Un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle ». « Partir c’est mourir un peu ». L’Athlète pour le Christ (surnom de Cavani) part et Paris brûle à petit feu… L’Uruguayen vous laisse Saint-Germain et Neymar Junior « le Grand » :

« Les jeunes, ils sont un peu perdus, ils n’écoutent pas. Les anciens donnent des conseils mais ils répondent. Le coach donne des consignes mais ils répondent.»

Un joueur de 27 ans si vieux qu’il a déjà la mémoire courte :

« Pour avoir plus d’expérience, il faut plus écouter et respecter. C’est ce que je faisais quand j’étais jeune, j’essayais d’apprendre des anciens ».

Le capitaine du Brésil a oublié qu’il avait insulté son entraîneur lorsqu’il évoluait à Santos. Et humilié son aîné Cavani dès son arrivée en France. Comme quoi, tu récoltes ce que tu sèmes. A malin, malin et demi…

Zlatan Ibrahimovic à Manchester United par Ardfern – Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0

Rouge et noir

La MCN désintégrée, la guerre est donc déclarée. Après El Matador, Ney s’attaque ouvertement au très jeune Kylian Mbappé sans le citer. C’est plus fort que lui. Il voit surement déjà son avenir s’aligner dans son dos. Tourné vers son passé, il est certain dorénavant qu’il n’aurait pas dû quitter Barcelone pour l’argent. Car en réalité, son métier c’est quand même footballeur : pas homme d’affaires. Payé pour évoluer au haut niveau, dans l’Hexagone il a stagné. Au point de se noyer sur « Seine ». De se tromper de cibles… S’il pense pouvoir se faire virer du PSG pour le Real (par exemple) après cette déclaration ubuesque et ce « Sho-ryu-ken » mal placé : il a tiré en l’air. Les Qataris ont tout leur temps. Ils ont l’argent, le nerf de la guerre. Ils peuvent le payer jusqu’à la fin de sa carrière : à ne rien faire…

Aussi, sa cohabitation avec Donatello (surnom qu’il a donné à Mbappé) devrait finir en queue de « Peixe ». De poisson pour ne pas parler Portugais. Pour dire que la prochaine année au PSG s’annonce très chaude. Quelle grande star voudra rejoindre cet été caniculaire ? Après avoir marqué plus de 30 buts et côtoyé Pelé, Kyky le champion du monde va-t-il accepter de rester le lieutenant d’un Général à la « retraite » ? Derrière trois sorties successives en quarts, trois sorties successives en huitièmes, peut-on envisager le pire chez l’octuple champion de France les trois années qui vont suivre ? Un enchaînement cartésien semble se dessiner. Une brochette fraichement enlevée de la braise, comparable à ce constat « angoissant » : les trois équipes qui ont terni la saison de Paris, jouent en rouge et noir. C’est-à-dire l’En Avant Guingamp, Manchester United et le Stade Rennais…

Edson Mexer par Roro 352 – Wikimedia Commons CC-BY SA 4.0

Strasbourg du National à l’Europe

Par défaut

La Coupe de la Ligue est maintenant terminée. Et ce ne sont pas les Parisiens de Saint-Germain qui l’ont gagnée. Guingamp les a éliminés au Parc des Princes (1-3) avant de tomber à Lille devant Strasbourg (0-0/4-1 après t-ab). Une finale serrée. Une victoire scellée aux pénaltys par le talent d’une graine de champion. Héros d’une séance marquée par la Panenka de Dmitri Lienard, le jeune portier Bingourou Kamara a « détourné » le champion de National 2016 au tour préliminaire de la Ligue Europa.

Tifo et Kop RCSA Racing Club de Strasbourg Alsace au stade de la Meinau par KOBI FRANCK – Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0

We are « des » champions

L’heure est donc à la démesure. Au milieu de cette atmosphère ultra dominée par le PSG, le RCSA a fait du Montpellier. 5 ans après l’exploit de Guingamp en Coupe de France, les Champions de France 1979 remettent la logique sportive au gout du jour. Oui, c’est le retour des anciens champions. L’Ajax, Reims, les deux Milan… des géants se réveillent.

« We are the Champions… of the world », lançait alors le DJ à la Meinau pour célébrer le retour des Bleus. Leurs Bleus à eux, leur trophée or à eux : c’était le moment de ramener la coupe à la maison tout simplement. Quand on a sorti Lille, Marseille (à l’extérieur), Lyon (à l’extérieur) et Bordeaux, Guingamp devient une formalité. Le champion de Ligue 2 2017 est passé au niveau supérieur. Le triple vainqueur de la Coupe de la Ligue a démontré qu’il est plus qu’un promu capable de battre le PSG.

Keny Lala par Supporterhéninois – Wikimedia Commons CC0 1.0

Thierry Laurey A

L’ancien FC Neudorf est l’un des lauréats les plus complets de l’histoire du football français. De la CFA 2 à la Ligue 1, le Racing a été champion à tous les échelons. Ses promotions ne sont pas des fruits du hasard mais d’un travail bien fait. Le quart-de-finaliste de la C1 1980 a remporté 3 Coupes de France et joué toutes les Coupes d’Europe. Même la Coupe des Villes des Foires n’a pas échappé à leur plan européen. Foireux pour ses détracteurs. Mais suffisant pour être souligné comme le travail de monsieur Thierry Laurey. Celui qui est au début et à la fin de Thierry Henry l’entraîneur, a joué un rôle primordial dans le succès Strasbourgeois. Plus que le 1-5 passé à Monaco (après le 2-1 de l’aller), il a prouvé en deux saisons que la conférence de presse n’est pas sa seule force.

L’ancien milieu défensif de Montpellier et Paris communique encore mieux sur une pelouse. Son palmarès est même meilleur que celui de Pocchetino et égale celui du Tuchel qui a signé à Paris. Réussite qui devrait inciter le club phare de la capitale à s’interroger. Pourquoi pas un Laurey ? Les meilleurs coaches du championnat français sont des français pourtant. Entraîneurs de clubs de seconde zone (surtout) qui se gavent d’exploits pour exister. Laurey, Moulin, Pellissier, Vieira, Guion, Gasset, Galtier, Der Zakarian, Gourvenec etc. font de l’excellent boulot sans moyens. Ils font avec ceux qu’ils ont… et c’est ce qu’il faut. Pour gagner la Ligue des Champions, il faut exporter une identité. Ce que jusqu’ici le Paris « Superstar » Germain n’a pas su faire.

Zinedine Zidane et Didier Deschamps par Auteur Inconnu – Wikimedia Commons (Domaine Public)

C’est possible !

Tout est un problème de considération : pas de compétences. Gagner la Coupe de la Ligue avec Strasbourg, c’est être capable de gagner la Ligue des Champions avec Paris. Roberto Martinez est aujourd’hui sélectionneur de la Belgique parce qu’il a gagné la Cup avec Wigan. Où est le rapport ? Nulle part, justement. Il a remporté la Coupe d’Angleterre avec un relégable : il peut aller chercher la Coupe du Monde avec la « crème » des Diables Rouges. Ils ont sorti le Brésil de Neymar au Mondial. Ils ont été 3es en Russie (un record pour la sélection) : ils ont rencontré la France de Didier Deschamps en demi-finale…

Christophe Galtier par Илья Хохлов – Wikimedia Commons par CC BY-SA 3.0

Paris devrait faire confiance à la qualité locale. C’est la seule manière de corriger l’erreur qui a plongé leur projet dans « l’échec ». En chassant Antoine Kombouaré ils ont brisé le pont qui unissait le passé du club à son futur : le présent. Figure emblématique des Bleus et Rouges, ils auraient dû laisser Casque d’or terminer la saison 2011/2012 et servir de lien entre l’ancien et le nouveau Paris. Le Paris de Luis Fernandez vainqueur de la Coupe des Coupes et le « Doha » de Laurent Blanc : entraîneur le plus titré de l’histoire du club. Deux français, deux DD… A l’heure où on parle, Thierry Laurey est juste le Didier Deschamps des Bleus et Blancs. Le natif de Troyes a donné à ses joueurs, à ses supporters : un trophée inespéré… Bravo à lui et à toute son équipe.

Éric Maxim Choupo-Moting : C’est mon année !

Par défaut

Il fait partie des plus grandes surprises du dernier mercato estival d’Europe. Le Paris Saint-Germain habitué des noms ronflants, a laissé tout le monde pantois en signant l’international Camerounais Éric Maxim Choupo-Moting. Une arrivée, des performances qui suscitent plus d’irrespect que de considération. Qu’il est loin ce jour où Samuel Eto’o refusait que son sélectionneur Javier Clemente remplace son « petit frère ». Sapé comme jamais par les médias français depuis, le Hambourgeois fait pourtant ce qu’il faut…

Choupo-Moting par Богдан Заяц – Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0

 « Tu m’en veux, dis moi pourquoi tu m’en veux »

Dimanche dernier, Paris s’apprêtait à célébrer le huitième titre de son histoire face à Strasbourg. Un match nul (2-2), une occasion loupée dans une rencontre marquée par l’erreur incroyable de Choupo-Moting. Après avoir ouvert le score, le coéquipier de Kylian Mbappé s’est proscrit un doublé en stoppant malencontreusement le ballon sur la ligne de but Strasbourgeoise. Un top flop qui arrive sur un ballon bien piqué par Nkunku au-dessus du gardien Sels, homme du match. Bourde qui succède à une autre sept jours plus tôt à Toulouse. Laquelle lui a valu les moqueries de supporters qui l’aiment bien et des attaques de la part de journalistes qui l’aiment bien moins. Parmi eux leur porte-parole en chef : Pierre Ménès. Celui qui a le droit de dire du mal de tout le monde en toute impunité a commencé par déclarer : « Il n’a clairement pas le niveau pour jouer dans ce club. Ni au PSG, ni dans aucun autre club de Ligue 1 ». Avant de terminer sur son blog :

« Et puis le PSG a gagné à Toulouse après un match pas très emballant. Mais Paris était tellement handicapé par les absences qu’il s’est retrouvé obligé de jouer avec un joueur du niveau de Choupo Moting, qui a évidemment saccagé une occasion en première période. Comme toujours depuis que Cavani et Neymar sont blessés, l’intégralité de l’efficacité offensive du PSG se trouve dans les pieds de Mbappé, qui a encore marqué, cette fois sur un centre remarquable de Kehrer, avec un enchaînement contrôle-frappe décroisée absolument parfait.(…) »

Choupo-Moting contre Chelsea en Ligue des champions par CFC Unofficial (Debs) – Wikimedia Commons CC BY-SA 2.0

Ce qu’il oublie de dire toutefois, c’est que Choupo-Moting est à l’origine du but de Mbappé. Il crée le décalage sur Kehrer et le lance parfaitement. Mais on s’en fout évidemment. Le négatif de sa performance est mis en avant et le positif obstrué. On se tait pour ne pas dire que le PSG n’a perdu aucun match joué par Choupo-Moting depuis que Neymar et Cavani se sont blessés. Sur les 28 rencontres auxquelles il a participé, Paris a perdu deux fois : à Liverpool et à Lyon. Le quatrième sportif camerounais le mieux payé n’est pas entré face à Manchester United et le PSG a honteusement été sorti de la Ligue des Champions. Pourtant, il est le seul élément de cet effectif à avoir mis un doublé contre les Red Devils. Non pas des Diables Rouges amoindris, mais des triples champions d’Europe au top de leur forme. Nous sommes en septembre 2017 et l’attaquant évolue alors à Stoke City.

En gros, Choupo-Moting violemment taclé : c’est dans la logique des évènements. Il est capitaine d’une sélection qui n’est pas forcément appréciée. On laisse Ménès « lui faire du sal » histoire qu’il progresse dans son domaine. Le polémiste n’est pas à ses premières interventions limites mais il continue. C’est à croire qu’ils aiment ça… Deschamps, Ancelotti, Jardim, Mourinho, Jean-Michel Aulas, Luis Fernandez, Cavani etc. sa liste est longue. Un prestigieux agrégat qui démontre bien que le métis Germano-camerounais n’a pas à s’en faire. Et comme le rappe si bien l’auteur, Vegedream, du tube « Ramenez la Coupe à la maison » :  « Ceux qui m’ont négligé ont eu tort. C’est mon année ! »

Le PSG Champion de France en 2015 par Liondartois – Wikipedia CC BY-SA 4.0

Un air de champion

Star, risée, Maxim est au centre des débats. Il fait la une et va dans le sens de cette maxime qui veuille que PM soit un indicateur crédible de succès… Si le consultant français est contre toi c’est que tu es sur le bon chemin. Didier Deschamps est champion du monde. Ancelotti a remporté la Ligue des Champions avec le Real. Cavani est meilleur buteur de l’histoire du PSG. Jardim a été champion de France et a mené l’ASM en demi-finale de C1. Le président Aulas est le meilleur dirigeant français des années 2000. Il n’a pas attendu les Qataris pour rendre la France fière. Mourinho est l’un des meilleurs entraîneurs de tous les temps. Luis Fernandez est l’entraîneur de l’unique coupe d’Europe Parisienne. Et Choupo Moting va remporter les premiers trophées de sa carrière. Sur ce, KM7 :

« Un big up à MCM17, j’en ai raté bien plus que toi cette saison, on reste un groupe uni et on te soutiendra jusqu’à la fin. »

En fin de route, le neuvième Lion Indomptable de l’histoire de Paris arrive donc dans l’Hexagone pour remplir sa gibecière. Il n’a rien demandé à personne : il va profiter de la manne qatarie comme tout le monde. L’attaquant polyvalent de 30 ans sera dans l’historique des champions de France qu’on le veuille ou non. Il entrera dans les annales d’une ligue qui ne serait pas à sa portée. Lui qui a été titulaire incontesté en Bundesliga et en Premier League. Qui a pareillement évolué à Schalke 04 aux côtés de deux champions du monde : Benedikt Howedes et Julian Draxler. Association aguichante au service d’un club qui n’a rien à envier au PSG. Dans son enceinte 5 étoiles de la Veltins Aréna, le demi-finaliste de la Ligue des Champions 2011 jouit d’un palmarès d’exception. Au cœur d’un monde archi dominé par le Bayern, les Bleus Royaux de Gelsenkirchen ont su se faire une place au sommet. Ils ont remporté 7 championnats, 5 Coupes d’Allemagne, une Coupe de la Ligue, une Supercoupe et une Coupe de l’UEFA.

Veltins Aréna par Mocky04 – Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0

Choupo Moting a donc fait 3 ans, 106 matchs et 23 buts dans cette équipe-là (2014-2017). Il y a promené son allure de fils de basketteur avec panache. Les fans des Knappen (surnom des joueurs de Schalke) auront notamment du mal à oublier cette prestation notable du 22 Septembre 2014 face à Frankfurt. Mené 0-2 à domicile les Mineurs reviendront à la marque grâce à deux actions de génie de leur n°13. Une Panenka sur pénalty pour réduire le score à 1-2 et une passe décisive à destination de Draxler pour égaliser. But de la tête sur un centre du gauche d’un ailier d’1 m 91. Lequel virtuose a pris le temps de mystifier son adversaire avant de se mettre sur son mauvais pied pour délivrer son caviar. Cette performance lui vaudra le prix de « Joueur du Week-end ».

Choupo-Moting à Nuremberg par Jarl Helm – Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0

Un talent atypique

C’est peut-être vrai que Choupo-Moting n’a pas le niveau pour jouer à Paris. Transfuge de championnats strictement inférieurs à la Ligues des Talents, sa place est certainement ailleurs. Une équipe capable de gagner 4-0 à l’aller et de se faire sortir au retour après avoir inscrit le but à l’extérieur (6-1) mérite vraiment mieux. C’est sûr qu’il n’est pas fait pour un club niveau C1 qui a été éliminé à la maison après une victoire 0-2 à l’extérieur – le but à l’extérieur « comptant » double… Deux évènements similaires comme inédits qui ont pour particularité : l’absence de Choupo-Moting.

Qu’on se le dise sérieusement. Le loupé de Choupo-Moting est une blague devant les dernières « nouvelles » Parisiennes en Ligue des champions. On essaie de faire oublier le fiasco européen du septuple champion de France en tapant sur MCM17. Triste tradition ! Heureusement qu’il n’y ait pour rien dans ce spectacle tragicomique. Il n’a juste pas joué « à Paris » à ces instants délicats. Il est resté dans la discrétion comme à son habitude. La coutume d’un talent qui ne fait que jouer au football. Qu’il marque ou non, ses performances le laissent à « 237 ». Denis Lavagne :

« Il a bénéficié d’une « formation à l’allemande », et développe des qualités techniques au-dessus de la moyenne. (…) Sur le plan technique et de l’intelligence de jeu, il sera au niveau du PSG, mais ce qui lui manquera peut-être c’est la détermination et l’ambition. »

Allégations corroborées par Christian Heider, son directeur sportif au FSV Mayence :

« C’est un excellent joueur. (…) Il est rapide, technique, bon de la tête et intelligent. (…) Son problème c’est qu’il manque de continuité, il peut faire trois ou quatre matchs consécutifs au niveau d’un joueur de classe mondiale et ensuite rencontrer des difficultés. Il a aussi connu des blessures au genou qui l’ont freiné dans sa progression. »

Éloges mitigées confirmées par Hugo Broos, son ancien sélectionneur :

« Il a une bonne tactique, il ne perd pas beaucoup de ballons, mais son problème est mental. Il doute très vite et c’est peut-être pour ça qu’il n’a pas eu le parcours qu’on pouvait espérer au regard de son potentiel. » 

Le Parc des Princes par Kilyac – Wikipedia CC BY-SA 4.0

Fin cartésienne

Choupo-Moting a rencontré la France un soir de Mai 2016 à la Beaujoire. Les doubles champions du monde affrontaient les quintuples champions d’Afrique dans le cadre de la préparation pour l’Euro. Un match soldé par un succès à l’arrachée 3-2 des Bleus : une communion qui a failli être gâchée par l’égalisation du capitaine Camerounais. Le natif de Hambourg entre en jeu et ajuste Hugo Lloris sur une passe d’Anatole Abang. Une réalisation qui arrive à la 88e, deux minutes avant le splendide coup-franc de Dimitri Payet. Chef d’œuvre sanctionnant définitivement une autre prestation de grande classe du portier Fabrice Ondoa.

Ce « rendez-vous » ne laissait en rien entrevoir une telle opposition ; encore moins une éventuelle arrivée de l’ancien de Nuremberg dans la capitale française. A l’instar des propos tenus par ces hommes qui l’ont connu, elle réaffirme que Choupo a toutes les qualités requises pour évoluer au haut niveau. Il fait juste son job. Il reste fidèle à ses principes et met un peu de côté l’aspect qui prime dans le sport : la victoire. Ce qu’on peut assimiler à un manque d’ambition de sa part est en réalité l’attitude d’un joueur que rien ni personne n’impressionne. Il est sûr de son talent, il a du charisme, il ne se plaint pas, il ne doute pas : c’est un Lion Indomptable. Thomas Tuchel l’avait remarqué à Mayence, à Paris il le certifie :

« (…) Il a un caractère très positif, top niveau (…). Maxim peut avoir un impact en une minute, il ne perd jamais espoir et peut être décisif dès qu’il sort du banc. »

Ainsi, on comprend que le sport roi n’ait pas voulu qu’un tel joueur finisse sa carrière sans médailles en or. Malgré tous ces sifflets dont il a fait l’objet, il est rentré tête haute et sans son maillot aux vestiaires. Après avoir été l’unique Parisien à assumer sa prestation au micro de ses principaux détracteurs, il enverra sa tunique à ces fans qui le lui réclamaient. Choupo ! Choupo ! Hurlaient-ils tout excités au-dessus de l’entrée du tunnel. Preuve qu’il n’est pas celui qu’on dénigre avec entrain. Sa seule crête dorée ne suffira donc pas pour le couronner. Il lui faut une vraie crinière. Quand on a dit non au Ballon d’or Matthias Sammer (mandaté par l’Allemagne) pour valider l’intérêt du Cameroun c’est qu’on a quelque chose en plus. Choupo était parti pour participer à la Coupe du Monde 2010 avec la sélection Allemande. Il « a fait le choix du cœur ».

Roger Milla par Auteur Inconnu – Wikipedia (Domaine Public)

L’international Allemand U18, U19, U20 et Espoir a choisi les origines de son père pour rejoindre l’Afrique du Sud. Il a suivi la sélection emmenée par l’ancien Parisien Paul Le Guen et est devenu l’héritier de Roger Milla qu’il fait désormais. S’il avait dit oui aux A des Adlers (surnom des joueurs allemands) il serait surement un autre footballeur aujourd’hui. Probablement victorieux du Mondial en 2014, qui sait ? L’année de la 4e étoile de la Mannschaft coïncide bien avec le début de son apogée. Période où son talent fait l’unanimité sur le sol allemand.