Pourquoi le Cameroun sera champion d’Afrique ?

Par défaut

Ceci n’est qu’une suggestion, mais les Lions indomptables pourraient bien être les nouveaux champions d’Afrique. Sur son nouveau maillot, le Cameroun a été privé des cinq étoiles qui font sa fierté. Ses cinq Coupes d’Afrique… Mais ce n’est pas grave. C’est le signe d’un nouveau départ. Une nouvelle ère commence.

Zambo Anguissa par Кирилл Венедиктов – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Cocorico

Pour étoffer la thèse d’un Cameroun victorieux, on avait déjà évoqué la présence d’une paire de gardiens exceptionnels dans son effectif. Nkono – Bell, Alioum Boukar – Songo’o, Ondoa – Onana, un argument aujourd’hui soutenu par la marque qui bombera leur torse : le Coq Sportif.

Un retour qui marquerait le début d’une autre période dominatrice pour le football camerounais. En effet, la première fois que les Lions Indomptables ont fait trembler le monde, ils portaient une tunique dessinée par la griffe du gallinacé. Le roi de la basse-cour rencontrait alors le roi de la jungle pour une Coupe du Monde 1982 inédite.

Une première pour les coéquipiers de Roger Milla. Trois points, zéro défaite : une sortie la « crête » haute au premier tour. Un tiercé gagnant de matches nuls à l’origine d’une heure de gloire qui les conduira deux ans plus tard à leur premier trophée international : la CAN 1984.

Cocorico 2.0

1984 où l’année qui décrit bien cet autre fait qui devrait mener le Cameroun à une sixième étoile. Une année marquant la naissance de deux grandes écuries mondiales : la France championne d’Europe pour la première fois et le Cameroun champion d’Afrique pour la première fois. L’expression d’un parallélisme qui veut que les périodes fastes des Bleus coïncident toujours avec celles des Félins.

Entre 1982 et 1988, la France remporte l’Euro 84 et joue deux demi-finales de Coupe du Monde. Pendant que le Cameroun remporte deux Coupes d’Afrique (1984 et 1988) sur trois finales successives jouées. Entre 1998 et 2002, la France remporte la Coupe du Monde en 1998 et l’Euro en 2000. Pendant que le Cameroun remporte successivement deux autres CAN en 2000 et 2002. Et entre 2017 et ce jour, la France a été championne du monde en 2018. Et le Cameroun a remporté la CAN en 2017 (et 2019 ?).

We The North

Lorsqu’on évoque les favoris pour la CAN 2019, le Sénégal revient naturellement. On voit le Onze d’Or 2019 Sadio Mané et ses nombreux coéquipiers titulaires sur le Vieux Continent. Omnibulé à juste titre, on se range et omet qu’il y a eu la Côte d’Ivoire de Didier Drogba avant eux… : que pour remporter ce trophée, jouer en Europe ne suffit pas. Le niveau de la CAN est plus élevé que celui de la Ligue des Champions et des autres compétitions Européennes de club. Les meilleurs joueurs Africains du monde réunis, la Zambie de Kalaba et l’Égypte d’Aboutrika l’ont prouvé : il faut un supplément d’âme pour aller la chercher. D’autant plus que celle-ci ne se joue pas dans un endroit anodin.

Jouer et gagner en Égypte demande une force de caractère au-dessus de la moyenne. Une personnalité très forte que seules trois équipes possèdent au sud du Sahara : le Cameroun, le Ghana et le Nigeria. Les frères ennemis sont les seules équipes d’Afrique subsaharienne à avoir remporté une CAN en Afrique du Nord. Ne pas les citer comme favorites est une grosse erreur. Mais bon, on est habitué. Tu peux être sextuple, quintuple, quadruple ou triple champion d’Afrique et ne pas être favori pour soulever la Coupe d’Afrique. Cependant…Quoiqu’on dise, le Cameroun et l’Égypte restent les potentiels vainqueurs de la prochaine Coupe d’Afrique. Ce sont les derniers finalistes et les deux meilleures équipes du Continent.

La CAN, la Coupe d’Afrique du Nord

Par défaut

Tunis, le 31 mai 2019 au Stade de Radès. Perdu dans un nuage épais né de fumigènes, le cuir. Un ballon qui part de l’entrée de la surface pour son flanc gauche. Centre, tête et la toile d’araignée de Jridi est nettoyée. On joue la 58e minute, le Wydad de Casablanca répond à la sublime frappe enroulée de Belaïli et revient au score. Un but clair, une action contestée. L’arbitre Bakary Gassama doute et annule l’égalisation d’El Karti. Stupéfait, Noussir son capitaine va rencontrer l’officiel Sénégalais et réclame la vidéo… : la vidéo ne marche pas. Consternés, les Marocains refusent de reprendre le match. Le temps s’écoule : la fin est sifflée. L’Espérance de Tunis l’emporte et reçoit son trophée. Une joie immense, nous sommes en finale de Ligue des Champions.

L’Espérance de Tunis en 2011 contre le Wydad de Casablanca en finale de Ligue des champions par mustapha_ennaimi – Wikipedia CC BY 2.0

Contrastes

Quand on a vu la finale entre Tottenham et Liverpool. Lorsqu’on se remet celle entre l’Espérance de Tunis et le Wydad de Casablanca, on se demande ce qui se passe réellement en Afrique. Le football Africain peine toujours à mûrir et c’est dans son domaine supposé le plus développé qu’on le constate amèrement.

Jouer en Afrique du Nord est devenu un véritable supplice. Même le Wydad qui y siège n’a pas pu supporter ce que le club Angolais de Primeiro de Agosto a enduré l’an passé. Les Wydadis ont encore démontré que jouer « chez eux » ; se rendre dans cette partie du monde pour un match relève presque de l’héroïsme. Les histoires racontées par ces enceintes donnent souvent la chair de poule. Et le pire c’est que ça va de mal en pis.

Supporters tunisiens au Stade Olympique de Radès par Anja S. in Radès Stadium for DrFO.Jr.Tn – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Un passé ultra présent

On aurait pourtant espéré le contraire. Après la mort d’Albert Ebossé, les choses auraient dû bouger. Hélas, rien n’a changé. Le retour dans le futur est plus que jamais acté. Les bus des visiteurs caillassés, les supporters ont conservé leur show bouillant : leurs lasers verts. Objets très dangereux qu’ils promènent sur le visage des joueurs adverses en toute impunité. Inconscience qui peut sérieusement endommager la vue des personnes sur lesquelles le réflecteur est utilisé.

Le cœur apaisé, on aurait pu se souvenir de Sénégal – Tunisie à la CAN 2004. De ses 10 minutes au moins d’arrêts de jeu : de la colère d’El Hadji Diouf… Du 18 Juin 2000 à Tripoli lors des éliminatoires du Mondial 2002, le Cameroun et son staff arrosés de pierres. Triplé de Patrick Mboma, une victoire 0-3 qui provoquera le courroux de ce public nord-africain difficile à battre. Des fans qui ont de qui tenir cependant, leurs idoles leur montrant la voie. Exemple : RS Berkane – Club Sfaxien.

Tifos des supporters du Club Sfaxien par Citizen59 – Wikipedia CC BY 3.0

Demi-finale retour de la Coupe de la CAF 2018/2019, on va encore assister à du jamais vu. Vainqueur à l’aller 2-0, les Sfaxiens perdent 3-0 chez leurs voisins Berkanis. Une déconvenue due notamment à un arbitrage calamiteux. Lequel néanmoins, ne mérite pas d’être réprimandé de cette façon… Wassim Hnid, Houssem Dagdoug, Aymen Harz, les joueurs. Mahmoud Masmoudi l’entraineur adjoint et son compère Karim Ghorbel se sont tous rués sur l’arbitre Maguette Ndiaye et l’ont frappé. Une image indescriptible, des vestiaires saccagés, les sanctions de la CAF tomberont sans rien changer. Sans réussir à nous faire oublier ce fameux Guinée Equatoriale – Tunisie de la CAN 2015.

Mauvais arbitrage, défaite, l’inconduite à ses aises. Les Aigles de Carthage accusent l’arbitre Mauricien Seechurn Rajindrapasard de partialité. Le lui font savoir à leur manière, évidemment. Se rendent aux vestiaires. Les vandalisent et refusent de s’excuser. Un classique, une conduite à des années lumières de celle du Japon après sa défaite contre la Belgique en Coupe du Monde. Défaits 3-2 en huitièmes, les Nippons avaient quitté la compétition après avoir nettoyé le vestiaire.

Siège historique de l’Espérance de Tunis par Moumou82 – Wikipedia (Domaine Public)

De la tête aux pieds

Aussi on attend toujours que ce football se vide de ses tares. Que les dirigeants de ces entités bien structurées passent outre leur passion excessive pour définitivement progresser : aider l’Afrique à progresser. Même s’ils ne se considèrent pas souvent comme des Africains, ils devraient y songer. Regarder la vérité en face et rappeler leurs supporters à l’ordre. Car si le Maroc n’a pas été choisi pour le Mondial 2026, c’est aussi parce que le Continent Noir lui a tourné le dos.

L’Angleterre a perdu sa royauté le jour où ses supporters ont dérapé. Si aujourd’hui ils sont revenus au sommet, c’est parce qu’ils ont su recadrer leur part d’ombre. Cette attitude peu louable permet aux clubs Maghrébins de gagner des matches. Mais donnent une très mauvaise image de leur gestion. Surtout qu’elle semble majoritairement orientée vers les équipes sub-sahariennes.

Lors des compétitions mondiales jouées au Maroc par exemple, aucun débordement excessif n’a été noté. Enregistré dans les mêmes colonnes que ce qui a pris l’habitude de se passer au Stade Municipal de Berkane. Le Jaraaf, le Raja… l’hospitalité du RSB a quasiment perdu sa crédibilité sur le plan sportif. Professionnel, le club d’Alain Traoré gagne des matches mais reste enclavée par les casseroles qu’il traine. L’accueil, l’arbitrage…

SyntekExifImageTitle ( Ville du 6 Octobre où siège la CAF) par Ahmadpontymageed – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Au sommet de la pyramide

Un supporter, des joueurs et des patrons qui font tout pour que leur équipe gagnent : c’est compréhensible. Mais quand l’instance qui est chargée d’équilibrer les chances n’arrive pas à punir leurs inadvertances : ça devient triste. La CAF siège en Égypte et s’est réunie à Paris pour trouver une issue à la crise née du « Radès Gate ». Conclusion : la finale sera rejouée en terrain neutre. Pourquoi ? Parce qu’un club s’est arrêté de jouer. S’il fallait que toutes les équipes refusent à chaque fois de terminer les matches pour des buts injustement refusés, où irai le football ?

Certes ce n’est pas normal que la vidéo ne marche pas lors d’un tel événement. Toutefois, s’arrêter pour un motif de ce genre c’est maladroit et pas du tout Fair Play. Les Sang et Or (surnom des joueurs de l’Esperance de Tunis) méritent leur quatrième titre. Les erreurs sont à la portée de tout le monde. La déférence envers les institutions est la seule expression sportive encourageante. Respecter les décisions arbitrales est un devoir. Refuser de le faire c’est se mettre au-dessus des règles.

Le président Ahmad Ahmad a déclaré avoir été menacé par le président de l’Espérance de Tunis :

« Le président de l’Espérance de Tunis m’a menacé devant des témoins. Des grands présidents de club en Afrique condamnent les pratiques de ce club, mais nous n’avons pas de preuves. Pourquoi la VAR marche partout mais pas à Tunis ? »

Vrai ? Faux ? Pourquoi la VAR marche partout mais pas à Tunis ? C’est à la CAF de répondre à cette question qui n’a pas lieu d’être. C’est elle qui est en charge de l’arbitrage. Pas à l’EST. Ce type de sortie dénote un gros souci. Une suite logique. Le football de l’Afrique « Blanche » se sent supérieur à la CAF. Un état des faits que celle-ci semble cautionner. L’arbitrage, on n’en parle même plus. La peur ? Là-bas on n’est jamais à l’abri d’une grossière erreur. On s’y fait presque… Eux non, bizarrement.

Supporters égyptiens par Citadelite – Wikipedia CC BY-SA 3.0

RDV

Le désordre n’a pas de nationalité. Le but n’est pas de stigmatiser un football. Mais de montrer du doigt un déroulement inacceptable qui semble s’éterniser. Les Pharaons, la plus grande équipe du Berceau de l’Humanité nous vient de ce pan : son côté septentrional. Ils nous incombent donc de le protéger. Et seule la vérité protège. Dire que le football Africain se porte bien après ce qu’on a vu à Radès le 31 mai dernier, c’est mentir. Si elle ne veut pas rester au fond du classement, l’administration Africaine du sport roi doit trouver des solutions. Il y va de sa dignité, de la qualité de la CAN 2019 en Egypte et des prochaines compétitions qui se joueront au nord du Sahara.

Un flop 5 étoiles

Par défaut

Pendant que Paris ignore Choupo Moting, d’autres font de leurs « Choupo » la clef de leurs succès. Triomphe encore marqué par cette ultime rencontre de Ligue des Champions à Madrid. Une victoire des Reds qui démontre à ravir que personne n’est invité au haut niveau. Dans les tribunes, sur le banc ou sur la pelouse, si vous y êtes c’est que vous le méritez. Tout dépend de l’attention qu’on vous accorde. Voici le Top 5 des « couteaux suisses » les plus tranchants d’Europe cette année.

Star par TheDigitalArtist – Pixabay CC0

5 – Fernando Llorente

Face à City, Llorente n’a pas marqué : il a marqué l’histoire de son club. Son but de la cuisse n’était pas si beau qu’il a déclenché le processus d’un parcours exceptionnel. Une belle suite, une triste fin. Si Tottenham a perdu c’est aussi parce qu’on ne lui a pas suffisamment fait confiance. Après ses entrées décisives en quart et demi-finale retour à Manchester puis à Amsterdam, l’Espagnol aurait dû jouer titulaire à Madrid. Sa puissance athlétique aurait pu faire douter Matip et Van Dijk. Son excellent jeu de tête aurait dû servir de déviation à la vitesse de Lucas Moura, le triple buteur…

4 – Lucas Moura

Ses larmes n’ont échappé à personne. Quand on a abattu ce genre de boulot, la défaite est difficile à avaler. Trois buts et voilà que les Spurs réalisent l’impossible. Une finale historique de C1 : une histoire qui commence mal. Frustré, Lucas est sur le banc : un héros malgré tout. Banni de Paris, son talent ne fait plus aucun doute. Le premier Brésilien à réaliser un triplé en demi-finale de LDC restera à jamais celui qui devait à tout prix débuter cette finale. En le laissant sur la touche, Mauricio Pochettino a commis la même erreur que le PSG. Et la sentence n’a pas tardé à tomber… pour l’ancien Parisien.

3 – Olivier Giroud

2 buts en 27 matches, non ce n’est pas Choupo Moting. C’est Olivier Giroud. Choupo Moting c’est 3 buts en 21 matchs. C’est mieux… C’est juste une coïncidence entre le champion du monde et le capitaine des Lions Indomptables. A la seule différence que le Français avait toute la confiance de son manager en coupe d’Europe.

Après avoir impliqué tout le groupe, Maurizio Sarri a titularisé son buteur en Europa League. Un choix payant qui lui a permis de remporter le premier trophée de sà carrière. Grâce aux 11 buts du meilleur buteur de la compétition, le manager italien peut partir la tête haute. La tête plongeante du surnommé Olive lui a ouvert les portes du succès. Un but, une passe décisive, un pénalty causé, Chelsea doit sa victoire 4-1 sur Arsenal à la pointe des Bleus.

2 – James Milner

Meilleur passeur de la dernière Ligue des Champions (9 passes). Meilleur passeur de l’histoire la Ligue des Champions sur une saison, Milner est un génie incompris. Les mauvaises langues ont même dit que c’était un énième joueur anglais surcoté : ils se sont trompés. Si Milner n’est pas visible c’est qu’il travaille tellement qu’il semble immobile. Son inertie est aussi statique qu’une roue qui tourne à toute allure. Pour apprécier son travail, il faut voir au-dessus de la mêlée.

Dans ce football où on juge les footballeurs au nombre de buts, c’est sûr qu’il n’a pas sa place. Mais il est bien là et plus que jamais indispensable. Professionnel modèle, il a une bonne mentalité, un bon coup de pied. Il est intelligent, il attaque, il défend… Latéral droit, gauche, défenseur central. Milieu défensif, offensif, relayeur, de couloir, JM7 est l’une des principales clefs du succès de Klopp et Liverpool.

1 – Divock Origi

Les mots manquent pour décrire ce que ce joueur a réalisé. 7 buts toutes competitions confondues. Un doublé décisif contre le Barça lors d’une demi-finale retour bien mal engagée. Frappe croisée du gauche… : quelle seconde réalisation ! Le but du K.O en finale de la Ligue des champions, Divock Origi a étalé tout son talent. Caché ? A l’image de Milner, il faut plus que des yeux pour le discerner. Désormais la lumière est faite sur les choix de Roberto Martinez et Jürgen Klopp de le garder. Peu importe s’il ne joue pas : il doit être là. On ne se demande plus pourquoi, aujourd’hui qu’il est entré dans l’histoire de Liverpool définitivement…

Ligue des Champions : Les loosers ont perdu

Par défaut

Ça y est. C’est fait. La « coupe aux longues oreilles » a choisi son nouveau propriétaire. Il s’agit des Anglais du FC Liverpool. Champions d’Europe, les Reds sont venus à bout des Spurs de Tottenham 0-2. Logiquement oui, et bien plus encore. Les Londoniens n’ont pas fait que perdre face à plus forts qu’eux. Ils ont surtout été perdus par les choix de leur manager. Lesquels dès les premières minutes de jeu, se sont avérés infructueux, une fois de plus…

Cristiano Ronaldo face José Antonio Reyes par Jan SOLO – Wikimedia Commons CC BY-SA 2.0

Hommages 

Madrid. Le football mondial est assommé par la mort d’un de ses plus dignes fils. José Antonio Reyes est décédé ce jour de finale dans un accident de voiture. Une triste nouvelle, le lieu idéal pour honorer le génie de l’ancien sociétaire des deux géants de la capitale Espagnole. Une minute de silence, un gaucher comme un symbole pour lancer les débats. Le score est ouvert et le tribut payé à ce quintuple vainqueur de l’Europa League.

Moussa Sissoko par GuillaumeG – Wikimedia Commons CC BY-SA 3.0

Dommages

On joue la première minute quand sur « une main » décollée du corps, Liverpool obtient un pénalty. Sévère, justifié, Moussa Sissoko a touché le ballon de Mané du bras. Il a permis contre son gré à Liverpool de prendre un avantage psychologique sur leurs objecteurs. Mohamed Salah transforme le tir au but et revient tout sourire dans ce stade de la compétition. Un sommet qu’il avait quitté en larmes l’année passée face à Madrid. Ippon de Sergio Ramos : déboitement de l’épaule, le diagnostic…

Revanchard, le Pharaon plombe ainsi d’entrée les ambitions des Lilywhites ? C’est trop dire. Il restait 88 minutes pour revenir à la marque. Lucas a fait un doublé en 4 minutes : il n’est pas présent sur le terrain. Et pourtant ils le craignaient. Trent Alexander Arnold :

« Moura est en tête de liste des meilleurs joueurs des Spurs. »

Robertson :

« Lucas était le héros contre l’Ajax. C’est un joueur fantastique avec des qualités fantastiques. Nous l’avons déjà affronté auparavant et il s’agit avant tout d’essayer de le gérer. »

Aussi, Mauricio Pochettino a privé d’entrée son équipe de sa dynamique : sa dynamo. Pourquoi le Paulista n’a pas débuté le match ? Sans son triplé, les Spurs ne seraient pas là. Est-ce sa récompense ? Après 3 mois sans compétition, Harry Kane avait-il sa place en finale de Ligue des Champions ? Non. Le capitaine Anglais ne méritait tout simplement pas d’être titulaire à la place du Brésilien. Il aurait pu entrer en fin de match. Gagner des duels sur des défenseurs fatigués par la vitesse de Mr Moura…

Lucas et Neymar par bahianoticias – Wikimedia Commons CC-BY-2.0

Injuste… is

Inique était cette option autant que la présence d’un autre Harry. Winks titulaire à la place de Lucas : titulaire à la place de Wanyama ? C’est le comble. Il paraît que le Kenyan n’est pas un « joueur de ballon ». Une expression si inappropriée qu’on ne saurait où la placer. Quand on pense au but qu’il a mis l’an passé à Anfield. Quand on revoit ce boulet de canon pleine lucarne d’égalisation, on ne peut que condamner ce genre de qualification. Ce sont tous des professionnels de football : ils jouent tous « au ballon ». Tenir ce genre de propos à l’endroit d’un joueur c’est nourrir la discrimination. On croirait entendre penser Sagnol, « ses nordiques et son joueur typique africain ».

Victor Mugubi Wanyama a participé plus que Winks, « le joueur de ballon », à écrire l’histoire de cette équipe. De plus, il est issu d’une famille de sportifs : il a l’ADN d’un vainqueur de la Ligue des Champions. McDonald Mariga son frère, était dans le groupe de l’Inter de Milan historique qui a battu le Bayern en 2010 en finale de la Ligue des champions… à Madrid. Il n’a pas joué mais il a gagné, entraîné par José Mourinho. Il sait donc c’est quoi remporter une finale de C1 : son frère cadet certainement aussi. C’est petit, mais c’est déjà mieux que l’expérience de Winks.

Victor Wanyama par Glasgow Celtic – Wikimedia Commons CC-BY-2.0

Black-out

Aux côtés de Sissoko, le capitaine des Harambee Stars (surnom des joueurs de la sélection du Kenya) a marché sur City et l’Ajax. Ils diront que ce n’était pas beau. Ils ont raison : c’était mythique. C’est grâce à ces joueurs caricaturés que cette Ligue des champions fait partie du livre d’or du sport roi. Sans eux, sans ce but fabuleux de la cuisse de Llorente, Pochettino n’aurait pas pleuré de joie. Aussi lorsque le « Grand Black » Français sort, on sait que c’est fini. Lucas « le moins doué techniquement » entre trop tard et on le ressent. L’ancien Parisien a changé l’image de son équipe en 20 minutes : les occasions se sont enchainées, en vain.

En face, il y’avait déjà un entraîneur qui fait confiance à ceux qui l’ont mené jusque-là. Wijnaldum titulaire à la place de James Milner, Klopp a vite compris que le grand Roberto, comme King Kane, manquait de rythme. Pourquoi ne pas relancer Divock Origi ? Le plus tôt serait le mieux. Après tout c’est grâce à son doublé qu’on est ici ? Et il fait entrer le buteur d’origine Kenyane.

Contre toute attente, l’attaquant Belge remplace Firmino peu avant l’heure de jeu. Tue le match sur une passe décisive de l’indomptable Joël Matip (probablement l’homme du match avec Alisson Becker). Et offre à Liverpool sa sixième étoile : le troisième total de l’histoire du tournoi. Trois : soit le nombre de buts inscrits par le Diable Rouge dans la compétition. Ou encore le nombre Africain de joueurs qui ont considérablement contribué à la victoire finale du club de la Mersey. Un Sénégalais, un Égyptien et un Camerounais.

Mauricio Pochettino par Victor Gutierrez Navarro – Wikimedia Commons CC-BY-2.0

Encore un

Pour le travail, l’esprit et la cohésion. Pour l’idée nouvelle qu’il a apportée à ce soccer avide d’argent, Jurgen Klopp mérite ce succès. Sa place dans la cour des grands est désormais indiscutable. Ce qui n’est clairement plus le cas de son adversaire du soir. C’est bien de concurrencer Arsenal. Mais si c’est pour ne rien gagner, ça ne vaut pas la peine. Ces dernières années les Gunners n’ont pas été bons en Premier League… : ils ont remporté des titres. Notamment 3 FA Cup et 3 Community Shield avec Arsène Wenger. Quand Tottenham et Pocchetino, NO…

Une salle de trophées « vide » que le club doit cette fois à la gestion « gentrifiée » de son effectif. Pocho est un gentleman : pas (encore) un grand entraîneur. Sans titres, il y a des privilégiés dans son équipe et c’est inquiétant pour la suite. Sa suite et celle de son collectif. Divisé ? Lucas, Wanyama, Llorente et même Dele Alli (qui n’aurait pas dû sortir), il doit beaucoup à ceux qui ont écrit la plus belle page de sa légende. « Oser c’est faire » la devise du club, l’Argentin n’a pas su s’aligner derrière cet adage qui l’a longtemps défini. À lui de tirer les leçons de son ixième échec.

PSG : L’équipe idéale

Par défaut

Le PSG vient de connaître la moins bonne de ses saisons qataries. Une reculade qui semble commencer, Tuchel prolongé jusqu’en 2021. La domination hexagonale est moins évidente ces derniers temps. Les clubs français n’ont plus peur : les clubs français se renforcent. Juninho, Silvinho, Villas-Boas, des personnalités chevronnées arrivent et la compétition prend de l’ampleur. Que faire pour répondre à cette « provocation » et enfin confirmer en Europe ? Voici une proposition idéale pour l’équipe Parisienne de l’année prochaine.

Le Parc des Princes par Kilyac – Wikipedia CC BY-SA 4.0

Entraineur : Julien Stéphan

Vainqueur de la Coupe de France avec panache, c’est un entraineur qui a fait ses preuves dans un petit club. Aussi bien à l’échelle européenne que nationale, il a démontré qu’avec plus de moyens il peut mêler son ambition à celle du PSG.

Départs : Choupo Moting, Cavani, Neymar, Marquinhos, Thiago Silva, Daniel Alves, Buffon et Bernat

Si le transfert de Choupo Moting semble inévitable, il est clair que celui d’Edinson Cavani aura de lourdes conséquences. L’Uruguayen a rendu un grand service au PSG… : il faudrait qu’il parte par la grande porte. C’est un grand attaquant : il peut s’intégrer partout. Son conflit avec les Brésiliens s’arrêterait ainsi pour se poursuivre loin de Paris… Neymar, Marquinhos, Thiago Silva, Daniel Alves n’ont pas réussi à mener le PSG dans une autre dimension.

Il est temps de passer à autre chose. Qu’ils emmenent Marco Verrati avec eux. L’Italien n’a jamais été le nouveau Pirlo. Quant à Gigi Buffon et Juan Bernat, le plus tôt serait le mieux. L’Espagnol n’est plus ce qu’il était et le champion du monde est bon pour les livres d’histoire. Le voir sur un banc comme remplaçant est une triste image. Il mérite des ovations…

Arrivées : Ismaila Sarr, Mbaye Niang, Teddy Savanier, Zagadou, Umtiti, Varane, Griezmann, Irissa Gana Gueye, Alan, Gaya et Sels

Ismaila Sarr et Mbaye Niang sont des très bons joueurs de Ligue 1. Leur envie de progresser sera bénéfique au club. Tout comme celle d’autres excellents pensionnaires de L1 d’ailleurs : Kenny Lala et Teddy Savanier. Pour ce qui est de Zagadou, le sociétaire de Dortmund est un grand défenseur très prometteur. Il pourra « casser la démarche » de certains attaquants aux côtés de Samuel Umtiti, en délicatesse au Barça et de Raphael Varane. L’ancien Lensois veut changer d’air comme Griezmann. Les dirigeants Parisiens devraient en profiter. Sans oublier cependant de se pencher sérieusement sur les cas Idrissa Gana Gueye et Alan : les indispensables. Et pourquoi pas Sels en numéro 2 et Gaya pour remplacer Bernat ?

Equipe type : Areola – Kenny Lala, Varane, Umtiti, Gaya – Gana Gueye, Alan, Griezmann – Sarr, Mbappé, Di Maria (Capitaine)

Remplaçants : Mbaye Niang, Savanier, Zagadou, Draxler, Dagba, Nsoki, Moussa Diaby, Kimpembe, Sels

Classement proposé du PSG par Fouda Fabrice (Image Fofoot) CC0

Pourquoi cette équipe ?

La dernière fois que Paris a remporté une Coupe d’Europe (Coupe des Coupes en 1996), c’était grâce à des recrues du championnat de France et un entraîneur français. Cette équipe n’a l’air de rien, mais elle dégage une certaine cohésion. Ce ne sont pas des joueurs de l’acabit de Neymar : c’est un collectif apte à jouer un football efficace. Sa composition renvoie à de véritables valeurs domestiques et internationales capables d’exporter une identité footballistique.

Neymar : Paris c’est loin

Par défaut

Quand rien ne va : rien ne va. Proverbe plat, mais fort outillé pour résumer la situation actuelle de Neymar. Accusé de viol. Menacé d’abandon par son père. Invité à revenir vers Jésus et au football par sa mère… Démis de ses fonctions de capitaine de sa sélection. Remplacé par son lieutenant Daniel Alves. Renommé capitaine, le Parisien de 27 ans vient de déclarer forfait pour la prochaine Copa America… au Brésil. Après sa blessure au genou lors d’une séance d’entraînement, la superstar s’est rompu les ligaments croisés. Ironie du sort ou logique du sport, c’était lors d’une rencontre amicale entre son pays et celui de ses propriétaires : le Qatar. Bref, depuis que l’ancien nouveau Pelé a signé à Paris, son football s’est progressivement éloigné des pelouses…

Présentation de Neymar au Parc des Princes par Antoine Dellenbach – Wikimedia Commons CC BY-SA 2.0

Le mauvais choix

Qu’est-ce qu’un mauvais choix ? Pour faire simple, il s’agit d’un chemin qui te conduit à ta perte. Une voie par laquelle tu recules. Honte au sportif qui le fera, le compétiteur vivant des challenges. Plus ils sont grands, mieux c’est pour sa progression. Un joueur qui évolue devrait normalement partir d’un club à un autre qui lui est supérieur.

Qu’est-ce qu’un grand club ? C’est un club qui a connu un succès international indéniable. Real Madrid, Manchester United, Liverpool, Chelsea, Aston Villa, Nottingham Forrest, Juventus, Milan AC, Inter de Milan, Ajax, Bayern, Dortmund, Hambourg, FC Porto, Benfica, Marseille, Celtic de Glasgow, Etoile Rouge de Belgrade, FC Barcelone etc. Le PSG non…

Contrairement au système de pensée qui prévaut de nos jours, le budget ne définit pas la grandeur d’une équipe. Sinon il y aurait plein de grands clubs en Chine et au Qatar. De Di Stéfano à Cristiano Ronaldo en passant par Ronaldo et Zidane, il y’a toujours eu de l’argent dans le sport roi. La différence c’est qu’il servait la cause du succès : de l’esprit « foot ».

En quittant Barcelone pour Paris, Neymar a clairement régressé. Il est passé d’un grand club à un « moyens » club. Son défi aurait pu être honorable s’il avait signé dans la capitale française pour faire progresser le club. Ce qui n’est pas le cas. Neymar à Paris ce n’est pas Maradona à Naples. Messi étant trop puissant pour lui, il a simplement choisi de partir pour être le roi tout seul…

Neymar à Barcelone par Alex Fau – Wikipedia CC BY 2.0

Mauvais départ

C’est sûr, Neymar a plus de talent que Messi. Et plus le temps passait plus ça se voyait. L’Argentin lui-même sentait que le vent commençait à tourner en sa défaveur. On l’a vu lors de la fameuse Remontada contre les hommes Unai Emery. C’est le natif de Mogis Das Cruzes qui a fait tout le match. Vainqueur et co-meilleur buteur de la C1 la saison d’avant, cette année 2017 était celle de la confirmation de son grand génie. Il lui fallait juste attendre un an ou deux : il devait encore mûrir. Il a manqué de patience. Il n’a pas respecté la hiérarchie du club et il est parti. L’erreur de sa vie…

Le Barça a mal fait de vendre Neymar. Les dirigeants Catalans auraient dû penser à leur avenir… : se séparer de Léo quand Ney faisait la tête. Au lieu de conforter le pouvoir de La Pulga, ils se devaient de conserver leur « maillot jaune ». L’ère Léo touche à sa fin et aucune n’anticipation n’a été faite. Conclusion, aujourd’hui ils le payent. Ils se mordent les doigts quand Neymar reste victime de son impatience.

Le Carioca n’aurait pas dû se vendre au PSG. Il a signé dans un club pour un salaire qu’il aurait forcément gagné. Quelle est la différence entre 15 et 30 millions d’euros ? Rien du tout. Un joueur qui gagne 15 millions d’euros n’a rien à envier à un autre qui en gagne 30. Il y’a un niveau de vie où l’accomplissement est plus important que l’argent.

Neymar par Кирилл Венедиктов – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Mauvaise arrivée

Mais le clan Neymar ne partage pas cet avis. Ils se sont fait rouler par la convoitise et leur « Ballon d’or » a perdu du terrain. Ses statistiques françaises ont certainement de la gueule. Cependant, avec lui les octuples champions de France n’ont franchi aucun palier. Ils ont même coulé. Si c’est pour battre Guingamp, Dijon ou Caen, Mbappé suffit largement. Le champion du monde a démontré en son absence qu’il est plus l’avenir du Parc des Princes que lui.

33 buts et dire qu’on ne jouait pas pour lui. Le meilleur joueur et meilleur buteur de Ligue 1 a porté son club tout seul cette saison : il a raison de demander plus de responsabilités. On n’a pas le droit de l’inféoder à un footballeur qui passe la majeure partie de son temps dans la Corbeille. Un joueur qui demande du respect à ses cadets et ne respectent pas ses aînés. La carrière de Neymar a piqué du nez le jour où il s’est attaqué à Cavani…

Edinson Cavani par Anders Henrikson – Wikipedia CC BY 2.0

Ney à Ney

Le football est un jeu juste. On a voulu détourner les paroles de Mbappé lors de la Cérémonie des Trophées UNFP. Les médias ont choisi de faire croire (pour préserver leurs droits) qu’elles étaient destinées à Cavani : que Kyky voulait sa place de numéro 9. Un autre mensonge : une autre attaque gratuite envers un attaquant qu’ils n’ont jamais apprécié à sa juste valeur. Le meilleur buteur de l’histoire du PSG qu’ils n’ont pas cessé de diminuer au profit de la vedette Neymar. C’est vrai que le Peixe ramène des millions de téléspectateurs à la Ligue 1. Mais à quel prix ? Son hygiène de vie semble poser problème. Continûment blessé, il joue moins que prévu. C’est du business, mais on parle aussi football tout de même…

On omet que Mbappé et Neymar ce n’est plus l’amour fou. L’ambiance récente qui les rapproche est très loin de l’entente qu’ils partageaient à chaque match. Le Bleu a dû comprendre que son explosion fait de l’ombre à l’Auriverde. Annoncé à la Maison Blanche, ses performances post Mondial n’ont pas forcément ravi la concurrence. En l’occurrence celle qui était naturellement pressentie dans la capitale espagnole. Autrement dit, la communication de Mbappé n’a fait que répondre à l’attaque de Neymar. Tu étais, dorénavant je suis…

Affaire à suivre…

Pierluigi Collina : Plus fort que la VAR

Par défaut

Sur le plan technologique, il ne fait aucun doute que le football a progressé. Équipements, stades, Goal Line Technology, VAR, beaucoup de choses ont changé autour du ballon rond. Des améliorations notoires sans réelles modifications toutefois. Deux équipes de 11 joueurs s’affrontent toujours sur une pelouse. Un terrain d’entente, une rencontre maîtrisée par la présence d’un 23e homme : un arbitre. Officiel central, capitaine de la troisième équipe. Escouade qui elle également, joue pour gagner. Pour démontrer que sa prestation reste aussi importante (sinon plus) que celle des 22 autres acteurs. Et qui dit performances arbitrales, dit forcément Pierluigi Collina.

Pierluigi Collina par Fars News Agency – Wikipedia CC BY 4.0

Un signe de sagesse

Collina n’a pas toujours été un arbitre. Il a aussi été défenseur avant de prendre le sifflet. Un choix qui lui a valu une progression fulgurante freinée par une alopécie sévère. Le jeune homme de 24 ans perd ses cheveux en 10 jours et voit sa carrière marquer du pas. Dans le Calcio à l’époque, être un arbitre sans cheveux pouvait provoquer des réactions désagréables dans les gradins. On a donc attendu que sa maladie cesse pour le relancer. Une perte de temps évidemment, le colosse d’1m84 déterminé.

Pour l’ascension qui l’attendait, le septuple meilleur arbitre de Serie A avait besoin d’un look différent. Divin chauve, cette maladie n’a heureusement pas eu un impact sur sa vie. Elle l’a distingué de sa génération et a rapidement fait de lui un sage. Un « moine », un homme à part : le meilleur arbitre de tous les temps. Ou du moins, celui qui a le plus marqué le football de son temps. Sa quote-part sur le gazon était simplement aussi remarquable que celles des Ballons d’or Zidane et Ronaldo à leur époque.

Le maillot de Ronaldo à l’Inter de Milan par Auteur Inconnu – Wikipedia CC BY-SA 2.5

Déférences

On sait à quel point c’est difficile de dire qu’un arbitre a fait un bon match. Surtout lorsqu’on appartient à l’une des deux équipes qu’il sépare. Et pourtant on le disait de lui. Ses prouesses étaient si notables que des penseurs du football tels que Sir Alex Ferguson s’inclinaient devant son génie. Un respect qui s’étendait jusqu’aux amphithéâtres de l’université de Hull. L’économiste y reçut le diplôme honorifique de docteur en sciences, pour ses services rendus au football. Aux joueurs…

Victorieux ou non, certains d’entre eux lui ont même remis leurs maillots après les match. Des stars parmi lesquelles Ronaldo et Dietmar Hamann en finale de la Coupe du monde 2002. Une victoire 2-0 du Brésil sur l’Allemagne ou la consécration d’une immense carrière. Une succession de rencontres en haute définition qui prendra fin trois ans plus tard en Août 2005. Et comme Pelé et autres icônes du 20e siècle, il aura pris le temps avant de marquer les jeunes de son ère. De prêter son image à la jaquette d’un jeu vidéo : le très célèbre Pro Evolution Soccer 3. Il est le seul arbitre à l’avoir fait jusqu’ici. C’est dire…

Juge de touche par chirafat – Pixabay Cc0

Coup de sifflet final

Assistés par la vidéo, lorsqu’on voit le temps que les arbitres prennent pour décider. Le temps qu’ils perdent à se planter parfois, on ressent la régression globale du niveau du football. La technologie a facilité la vie aux  « Men In Black » et réveillé leur orgueil. « Ce n’est pas une machine qui me dictera ma conduite », croirait-on suivre. Aussi, l’image de ce témoin oculaire est altérée, son rôle parfaitement joué. Il présente clairement la vérité et laisse le soin au « refree » de juger. De voir aussi juste que les seuls yeux de l’actuel président du comité des arbitres de la FIFA.

Durant plus de 10 ans, le natif de Bologne n’a eu que sa vigilance pour faire son travail. Le surnommé Kojak n’avait pas besoin de visuels pour siffler adéquatement. Son grand regard suffisait pour que sa décision soit bonne. Nommé pour arbitrer votre match, vous étiez sûr de participer à un affrontement équitable. La preuve que les progrès techniques améliorent la vie des hommes sans forcément les changer. Si vous êtes une personne juste vous le resterez. Si vous n’êtes pas un bon arbitre ça se saura. Et si vous voulez progresser, elle vous aidera. Tout le monde n’est pas Collina. PC n’a pas utilisé la VAR, mais il lui reconnaît un grand mérite :

« 95% des décisions prises par les arbitres sans la VAR étaient correctes, et ce pourcentage a augmenté jusqu’ à 99,3% grâce à l’intervention de la V AR. (…) Cela a toujours été dit, la V AR ne signifie pas la perfection. Mais 99,3% en est très proche. » 

The End par geralt – Pixabay CC0

Ils veulent nous la prendre

Par défaut

Une ligue fermée. C’est l’un des projets qui préoccupe le plus le football dirigé par Aleksander Ceferin. La création d’une sorte de NBA du ballon rond semble ravir plus d’un. Qui ? Citer leurs noms ici ne nous sera d’aucune utilité, étant donné que c’est leur pensée qui nous intéresse. Cette entreprise qui provoquerait la disparition de la Ligue des Champions, la vraie.

Le Milan AC, vainqueur de la Ligue des champions en 2003 par Soccer illustrated – Wikipedia CC BY-SA 3.0

No game no gain

Comment penser à une compétition fermée dans le football quand c’est tout le contraire qui définit ce sport. À l’air libre, sur un gazon, le sport du peuple n’a de sens que lorsqu’il est ouvert à tout le monde. Dans ce football où l’argent prend la place de l’herbe, l’essentiel se dérobe. À tous les prix, on veut gagner beaucoup plus. Au point d’oublier que sans jeu il n’y a pas de gains.

Mais de quel jeu s’agit-il ici ? La National Basket Association est souvent l’exemple de ce football cupide qui frise la stupidité et s’oppose à ses valeurs. Ce qu’on oublie c’est que la force du géant nord-américain ne se trouve pas dans son porte-monnaie. Mais bien dans les principes fondamentaux de l’activité qui le gonflent.

Basket-ball Parc par Free-Photos – Pixabay CC0

En NBA c’est le sport avant tout. On n’a pas peur d’exclure à vie le propriétaire d’une franchise pour des propos racistes. De faire un partenariat gagnant – gagnant avec le basket africain. De voir la vérité en face : de reconnaitre que les plus grands basketteurs de l’histoire ont des origines africaines. Le sénégalais Amadou Gallo Fall, vice-président de la NBA et patron de la NBA Africa :

« Il y a un vide sur le continent en ce qui concerne les compétitions interclubs. La Basketball Africa League proposera un modèle qui, j’en suis certain, attirera du monde. Surtout, cette compétition permettra aux immenses talents du continent africain d’avoir un cadre au sein duquel évoluer. Ce cadre sera professionnel. La NBA va y mettre tout son savoir-faire, toute son énergie et toutes les compétences dont elle dispose. C’est vraiment un jour nouveau pour le basket africain. Nous sommes très heureux de ce partenariat avec la FIBA (…) »

La Basket Africa League, la collaboration de la FIBA Africa et de la NBA permettra au basket africain de grandir sur ses terres. Et à la NBA de s’y implanter directement. Avec la montée en puissance des basketteurs africains, la NBA se verrait dans le cas contraire, forcée de tous les accueillir. De priver le sol africain de ses fils et le sol américain de ses pousses. Elle serait contrainte de faire un choix entre ses talents et les talents des autres et la discrimination naitra. Aussi, à travers cette initiative transcontinentale, l’association américaine rend possible la pérennisation du ballon orange. Et de sa propre existence par la même occasion. Tout le contraire de ce projet européen de ligue fermée.

Les supporters des Celtics de Glasgow célébrant la victoire en Ligue des champions de 1967 par Debbie MC – Wikipedia CC BY-SA 2.0

Retour aux sources

La Ligue des champions 2018/2019 entrera dans l’histoire pour l’émotion qu’elle a suscitée. Elle a remis le football dans les bras de « sa mère ». Liverpool, Tottenham, qui n’a pas souhaité voir l’Ajax la remporter ? Cette équipe nous a rappelé les vraies raisons pour lesquelles on aime ce sport. De Ligt et compagnie balle au pied, on a su pourquoi ce tournoi nous délecte tant.

Et pourtant les champions des Pays-bas risquent de ne pas être « avec nous » la saison prochaine. Quadruple champions d’Europe, on va leur prendre leurs « joyaux » et ils passeront par les tours préliminaires. Pendant que des quatrièmes seront bel et bien directement qualifiés pour la phase finale.

Johann Cruyff lors de la Supercoupe d’Europe contre les Glasgow Rangers par Nationaal Archief Fotocollectie Anefo – Wikipedia CC BY-SA 3.0 NL

La Ligue des Champions est devenue la compétition la plus regardée au monde grâce à son caractère collectif. Si on a pu admirer des joueurs comme Johann Cruyff, Georghe Hagi, Andryi Schevchenko, Jari Litmanen etc. Ces footballeurs qui sortaient de « l’ordinaire », c’est parce qu’elle plaçait tout le monde sur le même pied d’égalité. Et ceci tant sur le terrain que dans les « tribunes ».

En Afrique par exemple (dans les années 90) il suffisait d’avoir un petit écran pour vibrer. Chaque mardi et mercredi vous aviez droit à un éminent spectacle assis sur votre canapé. Grâce à Canal France Internationale notamment, les chaines nationales africaines avaient la possibilité de retransmettre tous les matchs de la reine des coupes européennes. C’était magnifique, c’était donné et aujourd’hui c’est fini. Les droits télé ont tout pris…

Quoique même jusque-là, certains parviennent à trouver une solution pour entendre cette chanson si particulière. L’hymne écrit par Tony Britten et inspiré de Georg Friedrich Haendel fait dorénavant partie de leur répertoire naturel. Des mesures qu’ils entendront malgré tout de moins en moins, le champ de vision sur la coupe aux longues oreilles se réduisant. La ligue va tourner le dos à sa réalité pour devenir un carré VIP. Cercle fermé qui ne se résume pas qu’à un gros problème financier.

Football, sport et argent par geralt – Pixabay CC0

Du plus petit au plus grand

La boucle se clos pareillement sur un problème d’égalité des chances. Pourquoi vouloir fermer la porte à certains et l’ouvrir à d’autres pour des raisons certainement extra sportives ? Du domestique à l’international, le football européen est si bien organisé qu’il a seulement besoin d’une mise à jour. Maintenant qu’il y’a assez d’argent pour tout le monde, et si on le redistribuait équitablement ? Et si les « petits » championnats (souvent formateurs), bénéficiaient d’une redistribution ou d’une loi leur permettant de jouer dans la cour des grands ? Un texte qui leur permettrait de garder leurs meilleurs joueurs plus longtemps pourrait être voté. On leur pique leurs éléments et on les traite de petites équipes… ?

C’est injuste et ça va de mal en pis. La Coupe des Clubs Champions avant, c‘était seulement les champions qui la jouaient. Après on l’a ouvert aux deuxièmes, troisièmes et quatrièmes de certains pays pour mieux exclure d’autres champions. Et là, on veut totalement la fermer en estimant que certaines ligues n’ont pas leur place au sommet. Le début de la fin…

Match de nuit par Free-Photo – Pixabay CC0

Pas mal !

L’idée d’une ligue réduite n’est pas mauvaise en soi. En tout cas, c’est bien mieux que le « grand cœur » de la FIFA et ses 48 équipes au Mondial. Liguer les meilleurs est une ambition sportive honorable et aguichante. Toutefois, c’est à la pelouse de décider de la grandeur d’une équipe. Pas à une association à but lucratif. Les compétitions domestiques ne doivent pas être étouffées et l’alliance fermée envisagée devrait redevenir la C1 à ses débuts. Reformer cette élite avec les champions de tous les pays européens suffira largement.

Chaque mardi, il y’aurait donc plus de matchs prestigieux à regarder (pour plus de droits télé). La Ligue Europa prendrait ainsi chaque mercredi, une dimension plus forte. C2 qui privée des relégués de la C1, sera composée en intégralité des seconds et troisièmes de chaque championnat. Formule juste qui légitimerait alors la création d’une troisième coupe d’Europe. Nouvelle C3 où tous les jeudis, les quatrièmes et cinquièmes se battraient pour une étoile européenne. Soit un jour avant la C4 : la coupe européenne des vainqueurs des coupes nationales. De ce fait, les championnats nationaux garderaient samedi, dimanche et lundi pour nous fabriquer nos futurs champions.

C1, 2, 3 et 4 : voilà comme une coupe d’Europe 5 étoiles qui a du sens et du challenge. Une supercoupe d’Europe, un pays organisateur, deux demi-finales, une finale et une place bien méritée pour la coupe du monde des clubs.

C’est simple

Que le football européen ait plébiscité à ce point l’Angleterre n’est pas un hasard. Au sein de ce climat défini par les carnets de chèques, le jeu le plus simple a besoin de revenir à une image qui lui sied. Les anglais sont riches mais pas fous. Au lieu de penser à se refermer sur elle-même, l’UEFA devrait montrer l’exemple en respectant la FIFA. Sa supérieure hiérarchique a besoin de ses compétences pour rendre le football plus correct et plus cohérent. La confédération européenne a émerveillé le monde par la qualité de son organisation : c’est ce caractère qu’on attend qu’elle exporte.

Cinq jeunes et un ballon par OpenClipart-Vectors – Pixabay CC0

À l’instar de la NBA sur le Continent Noir, l’UEFA devrait militer pour un football harmonisé et bien organisé à travers le monde. Elle a la responsabilité de s’activer pour des formats uniformisés pour toutes les confédérations. Sans quoi, le sport roi finira en plusieurs morceaux. Si cette ligue fermée voit le jour, l’administration du football européen et mondial se divisera. Schisme qui volera au roi des sports sa couronne…

FC Barcelone : Mourinho a un nouveau prétendant

Par défaut

Malgré une fantastique saison, le FC Barcelone ne remportera pas la Ligue des Champions. La faute à un Liverpool renversant. Une équipe des Reds battue 3-0 à l’aller, victorieuse 4-0 à Anfield au retour. Couac qui naturellement dans une telle écurie, crée la polémique sur les réelles valeurs de certains cadres. Et comme le roi Messi est intouchable, les regards se tournent forcément vers la touche. Ernesto Valverde est montré du doigt et déposé sur un siège éjectable. Une nouvelle place de libérée pour le Portugais José Mourinho…

José Mourinho par Steindy – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Victime de sa mode

Le 8 Mars 2017, le Barça est devenu le premier club de l’histoire de la Ligue des Champions à se qualifier après avoir perdu 4-0 à l’aller. Les Blaugrana de Luis Enrique humiliaient alors le PSG 6-1 à domicile pour piètrement tomber en quart de finale face à la Juventus. 3-0 à l’aller, 0-0 au retour, les Catalans entamaient ainsi une « Dégringolada » en C1 qui devait porter le sceau de leur « propre création » : la Remontada. Liverpool succède à la Roma et les champions d’Espagne sombrent dans le déni.

Redmontada, Romantanda, l’histoire prend une autre tournure et remet en question la qualité tactique d’un entraîneur qui au final, n’a rien montré sur la scène internationale. On dit que les grandes équipes ne perdent pas deux fois de suite : son FCB a perdu deux fois de suite après avoir gagné au match aller sur trois buts d’écart. C’est suffisant pour être débarqué d’une telle institution.

Il y’a quelques jours, Xavi déclarait : « le Barça doit à nouveau dominer les matches. » En fait ce que l’ancien capitaine des Alzugrana voulait dire, c’est que le Barça doit revenir sur le toit de l’Europe. Son club de cœur domine les rencontres : mais sur la péninsule Ibérique. José Mourinho, en parlant de Messi (donc du Barça) :

« Pour être le meilleur, il faut être un winner, pas seulement un top-player. Il n’est pas possible d’être le meilleur sans gagner des grandes choses. C’est fondamental (…) Je doute donc que Messi mérite le Ballon d’Or. On pensait tous qu’il était de retour, mais il a encore échoué en Ligue des Champions. Pour être le meilleur, il faut gagner. »

Lionel Messi par Laia – Wikimedia Commons CC BY 2.0

Un choix logique

Qui pour gagner dans ce cas ? Pour dire à Messi ce qu’il ne veut pas entendre ? Pour prendre la place de l’ancien technicien de l’Athletic Bilbao ? On sait que le Barça aime ceux qui ont travaillé pour la « Maison ». Les anciens du club sont particulièrement appréciés chez le géant vêtu de Bleu et Grenat. Guardiola, Luis Enrique, Valverde, le Special One ? Une option judicieuse ce serait en tout cas. En plus d’y avoir travaillé aux côtés de feu Bobby Robson, le lusophone a le profil idéal pour rallumer la flamme de la victoire suprême dans ce club. Cette équipe qui l’a adopté dans ces débuts. Cet adversaire qui a nourri sa notoriété. Une formation qui son identité perdue, se transforme de plus en plus en équipe d’Argentine moderne.

On nomme les entraineurs qui font plaisir à Messi et pendant ce temps l’équipe n’évolue pas. Etre titulaire ne se résume plus à la performance sportive mais à la proximité avec La Pulga en dehors du terrain. La présence d’Iniesta a longtemps caché ce fait, mais aujourd’hui c’est trop flagrant. Le Barça est nécessiteux d’un coach de caractère. Un homme capable de mettre fin à cette attitude nonchalante sur la pelouse. José Mourinho, évoquant le quatrième but de Liverpool contre Barcelone en demi-finale retour de Ligue des champions :

« Si cela arrive dans un match de U14 ou de U15, on pourrait se dire: ‘Les gamins sont en train de dormir, ils n’ont pas la mentalité pour jouer au football, ils doivent apprendre les bases du jeu’. Mais on parle des meilleurs joueurs du monde, et le fait de concéder ce but veut tout dire au niveau de leur état d’esprit. »

Neymar face à Piqué par Danilo Borges/Portal da Copa – Wikipedia CC BY 3.0 BR

Le bouquet et le piquet

Dans sa marche impériale sur le terrain (pendant que ses coéquipiers défendent), le quintuple Ballon d’or est accompagné par une paire toute aussi prestigieuse. Le problème c’est qu’elle est à vocation défensive : Busquets et Piqué. Ces deux joueurs sont la preuve qu’il y a énormément d’injustice dans le très fameux football moderne.

De nos jours, ceux qui jouent ne le méritent pas toujours. Ça fait longtemps que les dossards 5 et 3 de Barcelone devraient être sortis des starting lineups. Ils ont suffisamment montré leurs limites sur la pelouse.

Busquets n’est clairement pas un bon numéro 6. Il a juste été entouré de milieux aussi complets que talentueux. Xavi, Iniesta, ou encore Xabi Alonso (en sélection) étaient les arbres qui cachaient sa forêt de défauts. Maintenant que son équipe a fortement besoin de lui, d’un vrai récupérateur, ils ressortent royalement.

Idem pour Gerard Piqué. Pour le passer, il suffit de le fixer. Les performances du conjoint de Shakira font chanter la défense Barcelonaise. Ses partenaires dans l’axe sont obligés de faire un double boulot, tant il est absent. Lui également a eu la « chance » de partager l’axe avec des défenseurs de grande classe. Puyol, Sergio Ramos et les autres ont longtemps couvert ses lacunes : ce n’est plus possible. Les tacticiens à la merci de Messi et de ses acolytes doivent laisser la place aux véritables entraineurs. Si Valverde avait remporté la Ligue des Champions à la place de Klopp ou Pocchetino, ça aurait été injuste. Le football récompense le travail. Les « mecs sympas » n’ont plus leurs places au Camp Nou. José Mourinho :

« La vraie innovation, ce n’est pas la technologie. Tu peux avoir le dernier drone, les derniers GPS, ce qui fait la vraie différence, c’est ce qu’on appelle le ‘know how’ [‘savoir comment faire’]. Beaucoup d’entraîneurs se cachent derrière la technologie, l’innovation, mais le vrai secret n’ est pas là. Quand je travaille, tous les jours je pense : entraînement de qualité. Avoir un entraînement de haut niveau, c’est un droit que les joueurs ont. C’est mon devoir envers les joueurs de le leur donner tous les jours. Une règle d’or. Il y a quelques jours, j’ai entendu un joueur parler de son coach : ‘Mon entraîneur, c’est un bon mec, un mec sympa, il a un grand cœur, c’est un homme fantastique. ‘Mais il ne dit jamais que son entraîneur est un grand entraîneur. Mais que veux-tu que les joueurs disent de toi ? Que tu es un grand entraîneur. La base, c’est ce que tu fais sur le terrain. L’essence de notre métier, la passion, elle est là, sur le terrain. C’est là que tu dois faire la différence. C’est la magie de ce terme : qu’est-ce que fait un entraîneur ? Il entraîne. »  

Ernesto Valverde par Богдан Заяц – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Man City rime avec Mancini

Par défaut

C’est officiel ! Manchester City est à nouveau champion d’Angleterre. Le club entrainé par Pep Guardiola réalise un doublé historique : une première depuis Manchester United en 2009. Un record amplifié, les Cityzens écrasant Watford 6-0 en finale de la Cup à Wembley. Une performance inédite, aucun club dans l’histoire du football Anglais n’ayant jamais réussi à tout rafler sur le plan domestique en une saison. Les Ciels et Bleus sont donc sur un nuage. Et on se demande bien comment ils y sont arrivés. Comment une telle domination est possible dans un championnat si relevé ?

Les supporters de Manchester City après le titre de 2012 par Oldelpaso -Wikipedia CC BY-SA 3.0

Un vent nouveau

La puissance financière ? On aurait pu attribuer cette hégémonie à ce facteur non-négligeable. Mais l’Ajax nous a montré que les billets verts ne servent pas tant que ça. Surtout si on ne sait pas où les injecter. Le travail de Guardiola ? Champions avec 100 et 98 points c’est énorme. Sauf que tout le monde sait que sans Kompany et son boulet de canon face à Leicester. Sans le capitaine Belge, Aguero et David Silva, le Barcelonais n’aurait probablement rien gagné en Angleterre. Et ces joueurs qui constituent le socle de City, ont tous été recrutés par un homme : Roberto Mancini.

Lorsqu’en 2009 Mancini remplace Mark Hugues, City est un nouveau riche sans véritables valeurs. Et dans un championnat où l’argent ne vaut rien s’il n’est pas utilisé à bon escient, le club d‘Alan Oakes peine à s’imposer. Le technicien italien arrive ainsi avec des valeurs footballistiques auxquelles il soumet le porte-monnaie. Le coup Robinho ayant échoué, il associe d’autres joueurs de talent et de caractère à Carlos Tevez. Parmi eux, Aleksandar Kolarov, James Milner, Jérôme Boateng, Edin Dzeko, Vincent Kompany, Yaya Touré, Kun Aguero, David Silva et Mario Balotelli. C’est la naissance d’une galaxie.

Roberto Mancini par Andy Brannan – Wikipedia CC BY-SA 2.5

Le grand Roberto

Aussi, il faut faire vivre cette constellation. Une entreprise que l’actuel sélectionneur de l’équipe nationale d’Italie met sur pied en greffant à ces transfuges l’esprit du club. Souffle qui arrive par le truchement d’un joueur issu du centre de formation et d’un autre venu de Shrewsbury Town (D3 Anglaise). Le mythique buteur de la Sampdoria de Gênes titularise le briscard Micah Richards en défense et Joe Hart dans les buts. Le club remporte la Cup en 2011, le premier trophée du président Khaldoon Al Mubarak : le premier depuis 35 ans. Et se qualifie pour la Ligue des Champions en terminant troisième devant Arsenal et derrière Chelsea.

Une position sur le podium synonyme de progression. En effet, les hommes du triple champion d’Italie (avec l’Inter) sont passés du cinquième rang en 2010 au bronze l’an suivant. Avant de grappiller deux nouvelles places et de terminer en tête devant le frère ennemi United. Titre glané à l’issue d’un finish haletant. Un scénario marqué par trois victoires rocambolesques. Le 1-6 infligé à Manchester à Old Trafford. La victoire 1-0 sur ces mêmes Red Devils au retour grâce à un but de la tête de l’inévitable Kompany. Et la victoire à l’arraché 3-2 devant QPR sur un but en toute fin de rencontre d’Aguero.

En conséquence, voilà comment Man City est redevenu un monstre sur la scène anglaise. Depuis ce sprint qu’ils ont réussi à remporter face au géant entraîné par Sir Alex Ferguson, les Sky Blues ont appris à gérer les temps forts et les temps faibles d’une saison de PL. Une équipe avec des cadres tout désignés est née depuis, et on voit les fruits. Après le départ de Mancini, City a remporté trois titres de champion, quatre coupes de la Ligue, deux FA Cup et cinq Community Shield. La question maintenant c’est : que deviendra cette équipe après l’héritage laissé par le meilleur joueur de Série A en 1991 ? On se souvient qu’à la saison liminaire de Guardiola, lorsqu’il a tenté d’écarter Kompany et Aguero après Joe Hart, le club n’a rien gagné…

Manchester City à domicile contre le Bayern en 2012 en Ligue des champions par LordHorst – Wikipedia CC BY-SA 3.0

Et l’Europe alors ?

Malgré cette domination domestique outrageuse, Manchester City ne sera pas la meilleure équipe anglaise cette année. Il y aura un champion d’Europe anglais (voire deux). Liverpool ou Tottenham volera la vedette à leur incroyable saison. C’est triste mais c’est le football. Le quadruplé de City devrait passer après la future victoire anglaise en C1. Un échec pour autant ? Un objectif manqué. Malgré les bonnes bases posées, Guardiola n’a pas « remporté les trois Ligues des Champions qu’on lui avait demandées ». S’il a remplacé Pellegrini, c’est bien pour réussir où Mancini a échoué. Jusqu’ici c’est le prédécesseur de l’ancien coach du Bayern qui possède le meilleur rendement européen de l’ère émiratie. Une demi-finale perdue face au Real Madrid en 2016.

Man City a besoin de franchir un palier en Champions League pour rejoindre les grandes écuries de la Premier League. Pour tourner définitivement la page Mancini, Pep devra remporter la C1 avec des cadres que lui-même il a choisis. En revanche s’il part, on peut craindre le pire. Quand on pense au Bayern, au Barça… Quand on sait que les clubs se remettent difficilement des passages de Pep, on peut s’inquiéter pour le second club de Manchester.